Le programme des sous-marins canadiens serait compromis, selon une étude de l’Institut Rideau

3
Le NCSM Victoria à la base d'Esquimalt, en Colombie-Britannique (Photo: Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Le NCSM Victoria à la base d’Esquimalt, en Colombie-Britannique (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

L’Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives viennent de publier un rapport sur l’avenir du programme canadien des sous-marins. Portant le titre de «That Sinking Feeling: Canada’s Submarine Program Springs a Leak» (Naufrage appréhendé: le programme canadien des sous-marins prend l’eau), le rapport ne laisse planer aucun doute sur ses conclusions.

En 1998, le gouvernement libéral de Jean Chrétien décide de racheter, à moindre coût, quatre sous-marins du Royaume-Uni, pour en faire sa flotte de classe Victoria. Toutefois, avec le temps qui passait, les quatre submersibles ont subis des problèmes mécaniques depuis leur acquisition et ont passé la majeure partie de leur vie utile en radoub et en réparation.

La Marine royale canadienne estime que la fin du cycle de vie des sous-marins devrait se situer vers 2030.

Le rapport des chercheurs Michael Byers et Stewart Webb indique que le remplacement des sous-marins de la classe Victoria n’est pas inclus dans la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale — qui établit un échéancier de construction jusqu’en 2041. «Cette omission soulève d’importantes questions à l’égard des intentions du gouvernement pour l’avenir du programme canadien des sous-marins.»

Le rapport émet trois hypothèses pour expliquer pourquoi la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale a omis les sous-marins:

  • On a pris la décision d’acquérir de nouveaux sous-marins pour remplacer la classe Victoria, et cette décision est gardée secrète pour l’instant ;
  • On a pris la décision de mettre fin au programme canadien des sous-marins à la fin de la vie utile de la classe Victoria et cette décision est gardée secrète pour l’instant ;
  • Le gouvernement Harper gère mal le programme des sous-marins et manque à son obligation d’en planifier l’avenir ou d’assurer la transition vers d’autres plateformes ou technologies.

Les chercheurs s’interrogent notamment sur la question de l’après-sous-marins de classe Victoria. Existe-t-il un plan ou rien n’est-il prévu?

Dans leur rapport, les deux chercheurs soulignent également que la capacité des sous-marins à effectuer des surveillances furtives le long des côtes canadiennes ne fait plus le poids face aux nouvelles technologies de surveillance aérienne automatisée.

Pour le porte-parole libéral en matière de défense John McKay, «le rapport montre clairement que le gouvernement n’a pas de vision d’avenir pour notre flotte de sous-marins. Les conservateurs ont eu presque une décennie pour faire les investissements nécessaires pour les rendre opérationnels. Ils ne l’ont pas fait. Il nous faut de la part du gouvernement une stratégie de défense qui fixe des priorités claires pour les Forces canadiennes.»

En 2030…

En interview pour 45eNord.ca, au début du mois de mai, le capitaine de vaisseau Luc Cassivi, directeur du service canadien des sous-marins avait indiqué «qu’un rapport [de la Marine royale canadienne]va être disponible très bientôt, sur une étude qui regarde jusqu’à quel point on peut opérer ces sous-marins.»

«Il faut dire que la vie de ces sous-marins depuis leur naissance a été un peu anormale, précise le capitaine de vaisseau. Ils ont eu quelques années d’opérations sous le drapeau britannique, ils sont restés au port pendant quelques années, on les a réactivés et ramenés en opérations, et là aussi on a eu un départ assez prolongé, et on fait beaucoup de modernisation d’équipement pour leur remise en service.

Cette étude indépendante basée sur ce qu’on a fait, et ce qu’on planifie de faire, et aussi la tolérance de la coque et de certains systèmes, va nous permettre de voir pour combien d’années on peut opérer ces plateformes dans le futur. Cela va nous permettre d’analyser pour savoir quels investissements on doit faire pour atteindre cet objectif là et de pouvoir aligner nos options de remplacement avec le plan d’investissements stratégique des Forces canadiennes, parce qu’on a un budget annuel et il faut planifier bien à l’avance comment qu’on veut synchroniser le remplacement de différentes capacités, que ce soit nos avions, nos navires, nos sous-marins, les véhicules pour l’armée, parce qu’il faut marcher avec un budget relativement stable.

À chaque trois ans on révise ce qu’on appelle le plan d’investissements stratégique qui regarde jusqu’à environ 25 ans dans l’avenir sur quels vont être les grands projets pour qu’on puisse les synchroniser. Ça va nous permettre de vraiment être capable de faire nos analyses. Ces analyses là vont se faire au courant des prochaines années et après ça on pourra dire d’après le plan on va pouvoir opérer ces sous-marins jusqu’en 2030 par exemple, et si on veut remplacer nos sous-marins en 2030, il faut commencer le projet de remplacement en telle année et définir ce qu’on veut dans la prochaine génération, les technologies que l’on veut et synchroniser notre projet et l’amener à maturité. Mais tout ça c’est un processus continuel.»

 

Pour lire l’intégralité du rapport «That Sinking Feeling: Canada’s Submarine Program Springs a Leak»:

 

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Discussion3 commentaires

  1. Comme je le disait dans ce blog, il est navrant que nous subissions des stupidités de ce gouvernement actuelle, Je savais, vous saviez, et les Canadiens et Canadiennes le savent aussi ces sous-marins sont désuets et bon pour la casse, nous avions point besoin d'un rapport soutenant cette thèse. Ce qui est injuste ce sont les sommes importante et irrécupérable.
    Le Canada a toujours été passif pour la défense et de profiter passivement de l'aide américaine qui a quand même un prix. ils ne donne rien pour rien.
    Si il ne se fait aucun contrôle pour les dépenses a venir j'ai bien peur que nous aurions des choix difficile a faire et ce n'est pas en coupant dans les services comme l'assurance emplois. Ce que ce gouvernement et le précèdent ont trouvés pour résoudre le problème. Le gouvernement doit prendre des mesures lors d'achats d'armements ils serait peut être judicieux de freiner l'achat des chasseurs F35 qui ne sont pas dans nos moyens, et de prendre un chasseur a un prix juste. cela devrait une différence pour permettre l'achat de sous-marins allemand et de navire comme les Fremm. Que Harper et sa clique se réveille nous avons pas les moyens comme les américains de s'équiper et de s'endetter comme eux. Nous devrions être plus brillant, et surtout de ne pas faire les voisins gonflable. Il faudrait aussi que les appareils et les interventions comme le Mali nos fameux C17 retourne aux pays ils ne sont pas donnés. et d'arrêter d'acheter des appareils sans appel d'offre. Ce n'est pas normal de prendre notre argent et de faire les voisins gonflables J'espère que la clique a Harper comprenne le message.

  2. depuis l achat de ses sous marins en 1998, les canadiens se sont fait escroquer par les anglais, sous marin qui prend feu en 2004 (toujours pas réparé en 2013), incapacité de ses sous marins a lancer des torpilles, fiabilité du reste douteux des 2006 les canadiens aurait du mettre ses 4 sous marin dans des musées plutôt que de balancer autant d argent par la fenetre……et sa continue encore….jusqu'en 2030???

  3. des agosta 90b Français a l'époque aurait fait l affaire .face a ses tacots anglais qui leurs reviennent a combien depuis 1998