Nigéria: Boko Haram et Ansaru, classés groupes terroristes

0
Le groupe Ansaru dans une vidéo datée de décembre 2012 (Photo: Archives/Ansaru)
Le groupe Ansaru dans une vidéo datée de décembre 2012 (Photo: Archives/Ansaru)

Le président du Nigéria, Goodluck Jonathan, a officiellement interdit mardi les activités des groupes islamistes Boko Haram et Ansaru.

Le bureau du président a déclaré dans un communiqué que «le président Goodluck Jonathan a formellement ratifié l’interdiction de Boko Haram et autorisé la publication d’un ordre déclarant que les activités du groupe sont illégales et constituent des actes de terrorisme». Cette mesure vise également le groupe Ansaru précise le communiqué.

Ansaru, considéré comme une faction du groupe Boko Haram, serait notamment impliqué dans des affaires d’enlèvement, dont le rapt en 2011 dans l’État de Kebbi (nord-ouest) d’un Britannique et d’un Italien tués le 8 mars 2012 et l’enlèvement en décembre 2012 dans l’État de Katsina (nord) d’un ingénieur français. Il serait également responsable de la mort de centaines de personnes dans des attaques menées dans le nord et dans le centre du pays depuis 2009.

Les activités des deux groupes tombent désormais sous le coup de la loi antiterroriste et toute personne en rapport avec ces groupes pourra être poursuivie et condamnée au regard de celle-ci. Ainsi, un individu apportant ou sollicitant une aide, notamment financière et logistique, pourra être condamné à «pas moins de vingt ans» d’emprisonnement.

Après avoir déclaré, le 14 mai à la télévision nationale, que les actions de Boko Haram «équivalent à une déclaration de guerre et à une tentative délibérée d’ébranler l’État nigérian et de menacer son intégrité territoriale», le président avait annoncé une vaste offensive dans le nord-est du pays pour tenter de stopper les violences du groupe.

Depuis lundi, la tête du chef présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau est mise à prix. Washington offre sept millions de dollars de récompense pour toute information conduisant à sa capture.

À lire aussi:

Nigéria: l’ONU s’en mêle et menace Boko Haram de poursuites pour crimes contre l’humanité >>

Il faut une approche commune pour vaincre le terrorisme en Afrique, dit Ban Ki-moon >>

Vingt-trois millions $ de récompense pour faire tomber les chefs islamistes africains >>

Étudiante en journalisme à l'Université de Montréal, Sara s'intéresse aux questions de géopolitique.

Les commentaires sont fermés.