Obama et l’OTAN d’accord pour organiser un sommet sur la fin des opérations en Afghanistan

0
Rencontre le 31 mai du Secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, et du président américain Barack Obama, au Bureau ovale de la Maison-Blanche (Photo: Maison-Blanche)
Rencontre le 31 mai du Secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, et du président américain Barack Obama, au Bureau ovale de la Maison-Blanche (Photo: Maison-Blanche)

L’OTAN va organiser en 2014 un sommet consacré à la fin des opérations militaires en Afghanistan, a annoncé vendredi le Président des États-Unis Barack Obama aux côtés du secrétaire général de l’Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, en visite à Washington.

Le Président américain, a déclaré avoir discuté avec Anders Fogh Rasmussen des «mesures que nous pouvons prendre après 2014 pour continuer à faire en sorte que les forces de sécurité afghanes soient efficaces et puissent contrôler leurs frontières, et que les membres de l’OTAN aient l’assurance que l’Afghanistan ne sera pas utilisé à l’avenir comme base par des terroristes», annonçant s’être mis d’accord avec son hôte « sur le fait que pour faciliter ce processus, il serait utile d’organiser un nouveau sommet de l’OTAN l’année prochaine.»

Le Secrétaire général de l’OTAN a déclaré pour sa part, lors de cette visite à Washington où il a aussi rencontré, notamment, le secrétaire d’État américain, John Kerry et le conseiller à la Sécurité nationale, Tom Donilon, que l’ISAF, la Force internationale d’assistance et de sécurité de l’OTAN, était à la veille d’atteindre le but qu’elle s’était fixé, que les Afghans puissent prendre la responsabilité entière de leur propre sécurité.

«Bientôt, nous allons atteindre un jalon important. Les Afghans prendront la responsabilité de la sécurité à travers le pays et le rôle de nos Forces deviendra un rôle de soutien », a déclaré Anders Fogh Rasmussen, ajoutant que l’Alliance envisage maintenant «une, mission très différente en Afghanistan avec un nombre nettement inférieur de troupes» pour former, conseiller et assister les forces de sécurité afghanes après l’achèvement de la mission de l’ISAF en 2014.

Le Secrétaire général et le Président américain ont également discuté de la façon de garder les forces de l’OTAN prêtes à faire face à tous les défis que l’avenir pourrait apporter, du terrorisme aux cyberattaques, en soulignant la transition de l’OTAN en Afghanistan d’une organisation déployée à une organisation non déployée, mais prête et disponible.

Anders Fogh Rasmussen a aussi noté que, dans une conjoncture économique difficile, l’OTAN collectivement «est beaucoup plus efficace et beaucoup plus sûre que n’importe quelle capacité nationale individuelle», se félicitant, en outre, de l’appui du président Obama pour un sommet de l’OTAN en 2014.

Des talibans qui s’enhardissent à l’approche du retrait

L’ISAF combat depuis plus de dix ans aux côtés des forces afghanes l’insurrection menée par les talibans

Actuellement, en plus de la mission de combat qui se poursuit, plusieurs pays de l’OTAN contribuent à la formation des forces afghanes, dont le Canada avec l’opération Attention, qui fournit le soutien en formation et en développement professionnel aux forces de sécurité nationale de l’Afghanistan : l’Armée nationale afghane (ANA), la Force aérienne afghane (FAA) et la Police nationale afghane (PNA).

L’OTAN a fixé à la fin 2014 le retrait des quelque 100 000 soldats la Force internationale est prévu pour la fin 2014.

Les talibans, après avoir gagné du terrain ces dernières années, s’enhardissent encore davantage à l’approche du retrait des Occidentaux, allant tout récemment jusqu’à s’en prendre à des organisations intergouvernementales comme l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations et des organisations strictement humanitaires comme la Croix-Rouge.

L’OTAN a fixé à la fin 2014 le retrait des quelque 100 000 soldats la Force internationale.

Washington, qui fournissait les deux tiers de ce contingent, a déjà fait part de son intention de garder des soldats américains sur le sol afghan après cette date, mais à condition que Kaboul accepte de leur accorder l’immunité juridique.

Et, comme pour compliquer les choses, 2014 sera aussi l’année où les Afghans devront se choisir un nouveau président, l’actuel président, Hamid Karzaï, ne pouvant en principe briguer un autre mandat.


Rencontre le 31 mai du Secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, et du Président américain Barack Obama, au Bureau ovale de la Maison-Blanche (Vidéo: Maison-Blanche)

À lire aussi:

Le CICR suspend toutes ses activités en Afghanistan après l’attaque de son bureau de Jalalabad>>

Afghanistan: un attentat des taliban secoue le centre de Kaboul >>

Afghanistan: avec le printemps reviennent les talibans >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.