Présidentielle iranienne: fin du vote et «participation importante» des électeurs

0
Le Guide suprême de l'Iran, l'Ayatollah Khamenei a voté (Photo: ISNA)
Le Guide suprême de l’Iran, l’Ayatollah Khamenei a voté (Photo: ISNA)

Les Iraniens ont été nombreux à se déplacer ce vendredi pour déterminer qui sera le successeur du président Mahmoud Ahmadinejad.

Le ministère de l’Intérieur iranien a indiqué dans une série de communiqués que le vote, qui avait débuté à 08h00 locales, a été prolongé jusqu’à 20h00, puis 21h00, 22h00 et finalement 23h00 (14h30, Montréal) en raison de l’affluence. Les bureaux de votes auront donc fermés avec cinq heures de retard.

Un des communiqués précisait que dans les villes où il n’y a plus d’électeurs présents dans les bureaux de vote, le gouverneur de la province pouvait commencer le décompte des bulletins de vote.

Selon les constatations de plusieurs journalistes présents sur place, de nombreux électeurs faisaient encore la file dans plusieurs bureaux vers 21h pour voter.

La participation devrait être excellente, selon le responsable des opérations de vote pour la province de Téhéran, Safar-Ali Baratlou. «La participation est plus importante qu’il y a quatre ans», a-t-il expliqué, cité par l’agence Fars.

En 2009, 85% des électeurs s’étaient déplacés pour réélire M. Ahmadinejad lors de la 10e élection présidentielle.

Dans une déclaration commune rapportée par l’agence ISNA, les six candidats à la présidentielle ont appelé leurs partisans au calme et à éviter de descendre dans la rue en attendant les résultats officiels dans un communiqué commun.

En Occident, Ahmed Shaheed,le rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’Homme en Iran a estimé que le scrutin n’était pas «libre et équitable». Les États-Unis ont quand à eux dénoncés «le manque de transparence» de cette élection.

Le guide suprême du pays, l’ayatollah Ali Khamenei, a demandé aux électeurs de se mobiliser: «La prospérité et le bonheur du pays dépendent de votre choix de la bonne personne et de votre participation à l’élection, a -t-il déclaré lors d’un bref point de presse après avoir voté tôt ce matin.

Ils étaient près de 50,5 millions d’électeurs à voter pour désigner un successeur à Mahmoud Ahmadinejad qui ne peut pas briguer un troisième mandat selon la Constitution. Sa réélection en 2009 avait été fortement contestée dans la rue.

Les candidats

Ali Akbar Velayati, Hassan Rowani, Saeed Jalili, Mohammed Baqer Qalibaf, Moshen Rezai et Mohammad Gharazi
Ali Akbar Velayati, Hassan Rohani, Saïd Jalili, Mohammad Bagher Ghalibaf, Moshen Rezaï et Mohammad Gharazi

Hassan Rohani, un religieux de 64 ans, est le seul et unique candidat du camp des modérés et réformateurs. Il est notamment opposé à trois conservateurs: l’ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili.

Les deux autres candidats, Mohsen Rezaï et Mohammad Gharazi, n’ont pratiquement aucune chance. Les premiers résultats pourraient être annoncés samedi et si un deuxième tour était nécessaire, il aurait lieu le 21 juin prochain.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.