Le sauvetage du 26 juin dans l’Arctique aura été une des plus vastes missions de l’ARC

Photo prise depuis un CC130 Hercules qui survolait le secteur où les touristes étaient coincés. Le sauvetage effectué le mercredi 26 juin a fait intervenir une trentaine d'aviateurs et six aéronefs de l'Aviation royale canadienne qui ont travaillé en coopération avec la GRC et les autorités locales (Photo: MDN)

Photo des touristes et chasseurs coincés sur la banquise prise depuis un CC130 Hercules qui survolait le secteur lmercredi 26 juin . L'ARC a fait intervenir une trentaine d'aviateurs et six aéronefs de l'Aviation royale canadienne qui ont travaillé en coopération avec la GRC et les autorités locales (Photo: MDN)

Le sauvetage le 26 juin de 11 chasseurs et 20 touristes coincés sur une banquise dans l’anse de l’Amirauté, près de la baie de l’Arctique, à l’île de Baffin, aura en fin de compte été une des plus vastes missions jamais accomplies par l’Aviation royale canadienne.

Voici la chronologie des événements, telle que décrite dans le communiqué de la Défense nationale à ce sujet:

Le 25 juin, à 7 h 30 heure avancée de l’Est (HAE), le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage – Trenton a reçu confirmation de la part du gouvernement du Nunavut qu’il avait besoin d’aide pour exécuter une mission de sauvetage, et des aéronefs de l’Aviation royale canadienne ont décollé peu après.

Le 25 juin, vers 15h (HAE) Un avion CC130 Hercules a repéré les groupes en détresse

Le 26 juin, vers 18h, les 31 personnes ont finalement été secourues par deux hélicoptères CH146 Griffon vers 18h.Les deux hélicoptères se trouvaient dans la région d’Eureka (Nunavut) où ils exécutaient une opération n’ayant rien à voir avec le sauvetage.

«Un sauvetage de cette envergure, dans un endroit aussi éloigné, nécessite une coordination soigneuse entre de nombreux organismes du système canadien de recherche et de sauvetage », a déclaré le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay.

Cette opération aura été « [...] une des plus vastes missions de sauvetage jamais accomplies dans l’Arctique par l’Aviation royale canadienne », a affirmé pour sa part le major général Pierre St-Amand, commandant de la 1re Division aérienne du Canada, à Winnipeg, Manitoba.

Plusieurs appareils ont été déployés en soutien à cette mission de sauvetage entre autres:

  • Un CC130 Hercules du 435e Escadron de transport et de sauvetage dépêché depuis la 17e Escadre Winnipeg. Il a été le premier appareil à arriver sur les lieux. L’équipage a largué du matériel de survie, y compris trois radeaux de sauvetage à 20 places et un téléphone satellitaire. Ultérieurement, il a surveillé les lieux du haut des airs pendant l’extraction par hélicoptère.
  • Un hélicoptère CH149 Cormorant du 103e Escadron de recherche et de sauvetage a été envoyé depuis la 9e Escadre Gander pour participer à l’extraction, au cas où un treuil de sauvetage serait nécessaire.
  • Un CC130 Hercules du 424e Escadron de transport et de sauvetage a décollé de la 8e Escadre Trenton pour aller servir d’avion de couverture et au besoin. larguer d’autres équipements de survie.
  • Deux hélicoptères CH146 Griffon du 438e Escadron de transport et de sauvetage basé à St Hubert (Québec), qui exécutaient une mission distincte dans la région d’Eureka (Nunavut). Bien que n’étant pas configurés pour les opérations de recherche et sauvetage, ces appareils ont contribué d’une façon essentielle à ce sauvetage.
  • Un CC130 Hercules du 413e Escadron de transport et de sauvetage a été envoyé par la 14e Escadre Greenwood pour amener un deuxième équipage de Cormorant pour relever l’équipage de l’hélicoptère qui avait décollé de Gander.

Pour réussir ce sauvetage, les Forces canadiennes ont aussi travaillé en étroite collaboration, avec la Gendarmerie royale du Canada, avec l’Organisation de mesures d’urgence d’Iqaluit et avec plusieurs autres partenaires.

Dans le communiqué faisant le point sur ce sauvetage, la Défense nationale rappelle d’ailleurs qu’aura bientôt lieu le premier examen quadriennal de la recherche et du sauvetage qui réunit les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux, ainsi que des organisations de bénévoles.

À lire aussi:

Dérivant sur des glaces dans le Nunavut, des touristes et des chasseurs obtiennent de l’aide>>