Snowden souhaite rester à Hong Kong et promet de nouvelles révélations

0
Capture d'écran d'Edward Snowden du 6 juin 2013 lors de son interview au quotidien britannique The Guardian (Photo: capture/The Guardian)
Capture d’écran d’Edward Snowden du 6 juin 2013 lors de son interview au quotidien britannique The Guardian (Photo: capture/The Guardian)

Le «lanceur d’alertes» américain Edward Snowden a exprimé mercredi le souhait de rester à Hong Kong et a promis de nouvelles révélations sur les cibles surveillées par les États-Unis, a annoncé le South China Morning Post.

«Je ne suis ni un traître ni un héros. Je suis un Américain», selon le site web du journal de Hong Kong auquel Snowden a accordé une interview exclusive.

Le South China Morning Post, dans un extrait posté sur son site web avant la publication de l’interview complète, a indiqué que l’ancien consultant de l’Agence de sécurité nationale (NSA) allait révéler «de nouveaux éléments explosifs sur les cibles surveillées par les États-Unis».

Snowden va également évoquer ses craintes pour sa famille et ses projets dans l’immédiat, ajoute le quotidien après avoir interviewé l’ancien conseiller de la CIA, âgé de 29 ans, mercredi dans un endroit tenu secret à Hong Kong.

«Des gens qui pensent que j’ai commis une faute en choisissant Hong Kong se méprennent sur mes intentions. Je ne suis pas ici pour fuir la justice, je suis ici pour révéler des faits répréhensibles», déclare-t-il dans cette interview.

Snowden s’engage à lutter contre toute tentative de demande d’extradition par les Etats-Unis, selon le journal. Il est arrivé à Hong Kong le 20 mai après avoir révélé les programmes secrets de surveillance américains aux quotidiens britannique The Guardian et américain The Washington Post.

«Mon intention est de demander à la justice et à la population de Hong Kong de statuer sur mon sort. Je n’ai aucune raison de douter de votre système», souligne-t-il.

À lire aussi:

Fuites sur le programme américain de surveillance: appels pour l’extradition d’Édward Snowden >>

Collecte de données: le Canada avait aussi son programme secret >>

Les commentaires sont fermés.