Syrie: attaques mortelles à Damas, Al-Nosra encore en cause

0
Une photo fournie le 23 juin 2013 par l'agence Sana montre les lieux d'un attentat meurtrier à Damas (SANA/AFP)
Une photo fournie le 23 juin 2013 par l’agence Sana montre les lieux d’un attentat meurtrier à Damas (Photo: SANA/AFP)

Trois attaques meurtrières ont frappé Damas ce dimanche 23 juin dans le quartier alaouite de Mazzé, à Bab Moussala et à Rokneddin contre la préfecture de police, rapportent l’agence officielle syrienne SANA et l’Observatoire syrien des droits de l’homme, l’OSDH, un organisme indépendant basé en Grande-Bretagne et qui s’appuie sur un réseau de militants et travailleurs humanitaires sur le terrain.

Trois personnes sont mortes dans le quartier résidentiel de Mazzeh 86 Madrassa à Damas, dont un enfant âgé de 3 ans, tuées par l’explosion d’une voiture piégée par des quantités d’explosifs, rapportent SANA et l’OSDH.

La voiture piégée a explosé sur la route publique près de la station de bus, faisant, en plus des trois morts, 7 blessés, dont deux enfants, rapporte l’agence officielle syrienne, citant des responsables de l’hôpital d’al-Mwassat.

Plus tôt dans la journée, deux autres attaques dans les quartiers de Rokneddin et Bab Moussala à Damas avaient fait au moins huit morts, rapporte aussi l’OSDH.

Le ministère de l’intérieur a affirmé, selon l’agence officielle d’information syrienne, que trois suicidaires se sont fait exploser ce matin lors de leur tentative d’entrer dans la préfecture de la police de Rokneddin, «après que les éléments de la préfecture s’étaient accrochés avec eux et leur ont fait face.»

Un communiqué du ministère souligne que trois autres suicidaires ont aussi essayé d’entrer au département de la sécurité criminelle à Damas pour se faire exploser, «mais les éléments du département s’étaient accrochés avec eux, les tuant et faisant sauter, avant leur entrée au bâtiment, les ceintures piégées qu’ils portaient.»

Le ministère affirme que les assaillants appartiennent au front Nosra à cause de leurs badges et vêtements.

Le Front al-Nosra, lié à Al-Qaïda et placé sur la liste des organisations terroristes par les États-Unis, est le plus important groupe djihadiste en Syrie.

En tête de la rébellion contre le régime syrien, Al-Nosra est une des raisons de l’hésitation des alliés de l’opposition syrienne à armer les rebelles.

Les attaques d’aujourd’hui surviennent au lendemain de la rencontre à Doha, au Qatar, des Amis de la Syrie où les onze pays amis de la Syrie, ont annoncé «une aide urgente en matériel et en équipements» à la rébellion afin de lui permettre de faire face aux «attaques brutales du régime», mais sont restés divisés sur la question de l’aide militaire aux rebelles d’une aide militaire de peur que les armes qu’il pourraient fournir ne tombent aux mains des groupes extrémistes, à commencer par le Front Al-Nosra.

Pour cette raison, l’aide militaire à la rébellion sera , pour ainsi dire, à géométrie variable: les Amis de la Syrie vont «chacun à [leur]façon, chacun choisissant son approche, augmenter la portée et l’ampleur de leur assistance à l’opposition politique et militaire», a déclaré le secrétaire d’État américain John Kerry.

En outre, «toute aide militaire sera canalisée» par le Haut conseil militaire syrien relevant de l’Armée syrienne libre (ASL), pour éviter que ces armes ne tombent aux mains de factions islamistes radicales.

À lire aussi:

La France livre 16 tonnes de médicaments à la Syrie, dont des traitements anti gaz sarin>>

Le groupe des «Amis de la Syrie» va renforcer son aide aux rebelles>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.