Syrie: combats près de Damas, un obus sur le plateau du Golan

0
Un soldat syrien à Daraya, au sud-ouest de Damas, à une date inconnue (Photo: Archives/Sana/AFP)
Un soldat syrien à Daraya, au sud-ouest de Damas, à une date inconnue (Photo: Archives/Sana/AFP)

Au sud et à l’est de la capitale syrienne, des combats et des bombardements ont fait rage ce jeudi. Une importante bataille se joue maintenant dans ces quartiers entre la rébellion et les forces armées pro-régime.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), des affrontements ont éclaté à la périphérie de Qaboun (est), où des maisons ont pris feu suite au bombardement au mortier et à l’artillerie lourde des troupes pro-Assad. Des poches rebelles dans les quartiers de Barzé (nord-est) et Jobar (est), étaient également pilonnés, tandis que dans le sud , les secteurs rebelles de Hajar al-Aswad et de Qadam étaient aussi sous le feu de l’armée.

Les combats dans ces quartiers ont reprise en début de semaine, après qu’une attaque rebelle à Qadam ait tué 11 soldats.

Les troupes du président Bachar al-Assad, appuyées par des combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah, tentent notamment de reprendre Zayabiya et Babila (sud de la capitale), deux villes rebelles où cohabitent sunnites et chiites et proches de Sayeda Zeinab, lieu de pèlerinage chiite.

Le président du Liban, Michel Sleimane, a demandé à ce que la formation chiite mette fin à sa participation aux combats en Syrie. Il estime que cette implication provoque des tensions au sein même du Liban. Le Hezbollah, allié de Damas, affirme combattre en Syrie voisine pour empêcher la chute du régime et défendre les lieux saints chiites. Il a notamment joué un rôle majeur dans la capture de la ville de Qousseir, le 5 juin.

Son chef, Hassan Nasrallah, a affirmé vendredi que son mouvement resterait impliqué dans le conflit.

Par ailleurs, une porte-parole de l’armée israélienne, Tsahal, a indiqué qu’un obus de mortier tiré à partir de la Syrie a explosé jeudi matin dans un secteur du plateau du Golan occupé par Israël, sans toutefois faire de victime ou de dégât.

Selon la porte-parole, ce tir serait lié à la situation intérieure en Syrie, laissant ainsi entendre qu’Israël n’était pas visé, mais que ces tirs résultaient de combats entre l’armée et les rebelles.

Un adolescent syrien de 16 ans a été hospitalisé jeudi en Israël après avoir franchi la ligne séparant la Syrie de la partie du Golan annexée par Israël. Une porte-parole de l’hôpital à Safed a précisé que le jeune homme souffrait de blessures par balles à la hanche et à la cuisse. Trois autres Syriens sont actuellement soignés dans ce même hôpital. Ils sont une vingtaines de Syriens, tous blessés par balles, a être passé par cet établissement ces derniers mois.

Le Golan a connu des incidents récurrents ces derniers mois avec la chute d’obus en provenance de Syrie. Israël a riposté en visant la source des tirs.

Les tensions ont grimpé lorsque Israël a mené début mai des raids aériens près de Damas qui visaient des dépôts d’armes selon des responsables israéliens, déclenchant la colère du régime de Bachar al-Assad qui a promis de répondre immédiatement à tout nouvelle frappe israélienne.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.