Syrie: Washington annonce un soutien militaire sans en préciser la forme

1
Un tank de l'armée syrienne patrouille le 25 mai 2013 à Qousseir, en Syrie (Archives/AFP)
Un tank de l’armée syrienne patrouille le 25 mai 2013 à Qousseir, en Syrie (Archives/AFP)

La Maison-Blanche par la voie de l’assistant Conseiller à la sécurité Ben Rhodes, annonce aujourd’hui un soutien militaire aux rebelles syriens, accusant le régime de Bachar al-Assad d’avoir franchi des «lignes rouges » en utilisant des armes chimiques, dont le gaz sarin.

L’administration n’a toutefois pas précisé quelle forme pourrait prendre cette aide militaire, armer les rebelles ou établir une zone d’exclusion aérienne.

«Le président a été clair que l’utilisation d’armes chimiques – ou le transfert d’armes chimiques à des groupes terroristes – est une ligne rouge pour les États-Unis», a déclaré l’assistant Conseiller à la sécurité nationale du président.

L’assistant Conseiller à la sécurité nationale du président Obama, Ben Rhodes (Photo: Maison-Blanche)

Selon Ben Rhodes, entre 100 et 150 personnes, au minimum, ont été tuées dans des attaques chimiques.

«Nous pensons que le régime Assad garde le contrôle de ces armes. Nous ne disposons pas d’informations solides, corroborées indiquant que l’opposition en Syrie a acquis ou utilisé des armes chimiques», a dit l’assistant Conseiller à la sécurité nationale.

«Le président a déclaré que l’utilisation d’armes chimiques allait changer la donne», a poursuivi Rhodes, ajoutant « nous allons prendre des décisions selon notre propre agenda » et précisant que le Congrès et la communauté internationale seraient consultés.

Le président Obama se rend d’ailleurs en Irlande du Nord dimanche pour une réunion du G8 et consultera à cette occasion les dirigeants consultera les dirigeants des autres pays du G8, le Japon l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, le Canada et la Russie.

«Toute action future que nous prendrons sera conforme à notre intérêt national, et doit faire progresser nos objectifs, qui sont de parvenir à un règlement politique négocié et créer une autorité qui peut assurer la stabilité de base et l’administration des institutions publiques, la protection des droits de tous les Syriens, la sécurisation armes classiques perfectionnées et des armes non conventionnelles, et la lutte contre les activités terroristes », a aussi déclaré l’assistant Conseiller à la sécurité nationale du président Obama.

Le sénateur républicain John McCain avait annoncé pour sa part au Sénat américain quelques minutes auparavant que des armes seraient bel et bien livrées aux rebelles, citant «plusieurs sources fiables» avant de revenir sur ses propos un peu plus tard.

L’annonce américaine d’un soutien militaire survient neuf jours après que la France se soit déclarée convaincue de l’utilisation d’armes chimiques par le régime.

En outre, depuis l’entrée en jeu du Hezbollah chiite libanais aux côtés des forces de Damas, l;es rebelles ne cessent de perdre du terrain et certains observateurs ont même commencé à considérer comme possible le maintien au pouvoir d’Assad, voire même sa victoire sur les rebelles.

Une rencontre a d’ailleurs été prévue vendredi cette semaine en Turquie entre des représentants de pays soutenant l’opposition et le chef du Conseil militaire suprême de l’armée syrienne libre Sélim Idriss pour discuter d’une «mise en oeuvre concrète» de l’aide à la rébellion.

À lire aussi:

Syrie: l’aéroport de Damas visé, au moins 93 000 morts depuis mars 2011>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. Anto de Pomarez

    Incroyable la connerie humaine… quelque soit le coté défendu ou aidé cela nous le seras reproché un jour… vus le beau monde qu'il y a de chaque coté je les laisserais se démerder ce n'est pas notre problème, eux de toute les façons ne le ferais pas pour nous !!! AIDE militaire = business de l'armement et je pense que qui que se soit mettras les pieds dans cette poudrière devras en récolté les fruits de la moisson…