Un «Corbeau robot» de l’armée américaine pourchassé par…des oiseaux de proie

0
Les ailes de l'oiseau-espion Robo-Raven, conçu par le Maryland Robotics Center , sont indépendantes (Photo: Université du Maryland)
Les ailes de l’oiseau-espion Robo-Raven, conçu par le Maryland Robotics Center , sont indépendantes (Photo: Université du Maryland)

Vous vous rappelez cet oiseau robot créé pour l’armée américaine pour être utilisé comme un drone espion miniature dont nous vous parlions . Et bien, une des versions est tellement convaincante que le pauvre volatile mécanique aurait été attaqué par des faucons et des aigles.

Le «Robo-Raven», le «Corbeau robot», comme est appelée cette version pilotée à distance et mue à l’énergie solaire de l’avion de surveillance, a été conçue et construite à au Maryland Robotics Center, un établissement de recherche interdisciplinaire de l’École de Génie de l’Université du Maryland, aux États-Unis.

Le «Robo-Raven» attirait déjà l’attention des oiseaux de la région où ont eu lieu les premiers tests, ce qui peut présenter un avantage pour notre oiseau-espion. En effet, il semble que les mouettes, les oiseaux chanteurs et parfois les corbeaux ont en effet tendance à essayer de voler en formation avec le petit oiseau robot, qui peut ainsi se fondre «dans la foule».

En revanche, ça se complique avec les oiseaux de proie, tels que les faucons et des éperviers, qui, eux, sont plutôt portés à l’attaquer.

«En général, nous ne les voyons pas venir», déclare à ce propos John Gerdes, un ingénieur du Centre d’essai d’Aberdeen de l’Armée américaine. «Ils vont plonger et attaquer en frappant l’oiseau d’en haut avec leurs serres avant de s’éloigner».

Toutefois, les ailes du «Robo-Raven» battent complètement indépendamment les unes des autres et «peuvent être programmées pour effectuer tout mouvement souhaité», rendant l’oiseau capable de manœuvres de haute voltige jamais réalisées auparavant et qui pourraient lui permettre d’échapper aux prédateurs.

Ça doit tout de même être humiliant pour un opérateur de se dire que sa mission de surveillance avorte parce que son drone a été mangé par un gros oiseau… Drone de fin!


Robo Raven (Vidéo: Maryland Robotics Center)

À lire aussi:

«Hummingbird Nano»: cet oiseau-mouche vous surveille!>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.