Arrivée de plus de 55 000 réfugiés congolais en Ouganda

0
Des réfugiés congolais arrivent le 13 juillet 2013 à Busunga à la frontière avec l'Ouganda (Photo: Isaac Kasamani/AFP)
Des réfugiés congolais arrivent le 13 juillet 2013 à Busunga à la frontière avec l’Ouganda (Photo: Isaac Kasamani/AFP)

Plus de 55 000 réfugiés congolais sont arrivés en Ouganda depuis jeudi, après avoir fui les attaques de rebelles ougandais dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont annoncé des responsables de la Croix-Rouge dimanche, rapporte l’AFP.

Face à ce flot de réfugiés, «il y a besoin d’une aide humanitaire d’urgence, puisque un certain nombre de réfugiés sont malades et ont laissé ce qu’ils avaient en RDC», a expliqué une responsable de la Croix-Rouge en Ouganda, Catherine Ntabadde.

Selon la responsable de la Croix-Rouge, le nombre de réfugiés a été estimé à 55.000 samedi soir, en forte hausse, puisqu’il était de 30.000 le jour précédent.

Des rebelles ougandais des Forces alliées démocratiques (ADF-Nalu) avaient attaqué jeudi et brièvement occupé la localité de Kamango, dans la province congolaise du Nord-Kivu, où, selon des habitants, des bâtiments publics et un hôpital avaient été pillésavant que l’armée reprenne le contrôle de cette localité, vendredi soir.

Les réfugiés congolais se sont notamment installés dans cinq écoles primaires de Bundibugyo, et sur plusieurs autres sites en plein air de cette localité.

La Croix-Rouge travaille ave les agences de l’ONU et plusieurs organisations humanitaires pour organiser un camp plus loin sur le territoire ougandais.

«Le gouvernement (ougandais) a trouvé un endroit pour un camp de transit à 8 km de Bundibugyo (…) où les réfugiés peuvent venir se faire enregistrer», a dit à ce propos la rerprésentante de la Croix-Rouge en Ouganda.

La police ougandaise s’efforçait pour sa part dimanche de canaliser et d’encourager les réfugiés à se rendre vers ce camp de transit.

Le groupe rebelle ougandais des Forces alliées démocratiques (ADF-Nalu), formé au milieu des années 1990, s’oppose régime du président Yoweri Museveni au pouvoir en Ouganda, depuis 1986,

Depuis l’attaque de leurs bases en Ouganda par forces gouvernementales il y a deux ans, une partie de l’ADF est à présent basée en République démocratique du Congo.

Pendant ce temps, en RDC

Pendant ce temps, en RDC, des combats ont éclaté dimanche en début d’après-midi entre l’armée gouvernementale congolaise et le mouvement rebelle M23 à Mutaho, à 12 kilomètres au nord-ouest de Goma capitale de la province du Nord-Kivu dans l’est du pays.

Selon ce que rapporte l’AFP, s’appuyant sur des «sources militaires» sur place, trois bataillons des FARDC, soit près de 2 000 hommes, seraient engagés dans ces combats.

Le M23 a confirmé les affrontements en cours, affirmant que l’armée loyaliste avait lancé l’attaque alors qu’au contraire, les forces congolaises accusent les rebelles du M23 d’avoir lancé les hostilités.

Le M23, constitué d’anciens militaires congolais, essentiellement rwandophones qui se sont mutinés, avait occupé Goma pendant une dizaine de jours en novembre dernier, mais avait quitté la ville sous la pression des pays de la région en échange de négociations avec le gouvernement. Depuis, ces discussions achoppent sur l’évolution du mouvement rebelle et l’intégration de ses hommes au sein des FARDC et le M23 reste positionné à quelques kilomètres au nord de Goma.


République démocratique du Congo: l’action humanitaire évite le pire (Vidéo: ICRC)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.