Ban Ki-moon indigné par l’attaque qui a coûté la vie à sept Casques bleus au Darfour

1
Des Casques bleus de la MINUAD en patrouille dans le Nord-Darfour (Photo :Albert Gonzalez Farran/MINUAD)
Des Casques bleus de la MINUAD en patrouille dans le Nord-Darfour (Photo :Albert Gonzalez Farran/MINUAD)

Cette fois, l’indignation était à son comble. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, ne s’est pas contenté samedi de condamner l’attaque qui a tué sept Casques bleus de l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) et blessé 17 autres, mais il a aussi exprimé toute son indignation, rapporte le service d’information de l’ONU.

—-
Mise à jour 14/07/13 à 10h12

Plusieurs groupes rebelles du Darfour ont accusé dimanche une milice pro-gouvernementale d’avoir mené l’attaque qui a tué sept Casques bleus tanzaniens samedi dans cette région de l’ouest du Soudan en proie aux violences, rapporte ce matin l’AFP.

«Nous n’avons aucun doute que cet acte a été commis par une milice pro-gouvernementale, parce que des miliciens sont déployés dans la zone de Khor Abeche», a déclaré Abdullah Moursal, porte-parole de la faction Minni Minnawi de l’Armée de libération du Soudan (SLA-Minnawi).

«Cette zone est entièrement sous contrôle gouvernemental», a insisté M. Moursal.

Gibril Adam Bilal, porte-parole du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), un autre groupe rebelle darfouri, a lui aussi accusé les milices, rapporte l’agence française.

«Le gouvernement doit prendre l’entière responsabilité dans cet incident» mené par des milices équipées par Khartoum, a-t-il déclaré.

Aucun responsable gouvernemental n’était joignable dans l’immédiat.

—-

Il faut dire que plus de 40 Casques bleus ont péri lors d’actions hostiles depuis la mise en place de la Minuad en 2007 et que, jusqu’à maintenant, ces crimes sont restés impunis.

L’attaque la plus meurtrière dans l’histoire de la mission des Nations-Unis dans cette région remontait, jusqu’à l’attaque de samedi, au 2 octobre 2012, quand quatre Casques bleus nigérians avaient péri dans une embuscade dans l’ouest du Darfour.

En avril dernier, un autre Nigérian avait été tué par balle dans une attaque contre une base de la Minuad à Muhagiriya, au Darfour-Sud. Le bruit avait couru que cette attaque avait été menée par des forces liées au gouvernement soudanais, mais Khartoum avaient nié toute implication.

Par contre, en février dernier, un groupe d’experts de l’ONU avait indiqué que d’anciens membres de milices gouvernementales avaient mené des «attaques directes sur du personnel et des locaux de la Minuad [pour]exprimer leur colère vis-à-vis de l’actuel gouvernement».

Le porte-parole de Ban Ki-moon a déclaré samedi dans un communiqué de presse que le Secrétaire général était « scandalisé d’apprendre l’attaque meurtrière contre les Casques bleus», en ajoutant qu’il attend du gouvernement du Soudan de faire en sorte que les auteurs de ce crime soient traduits en justice au plus vite.

Pour sa part, le Représentant spécial conjoint de la MINUAD, Mohamed Ibn Chambas, a également condamné «dans les termes les plus fermes les responsables de cette attaque odieuse contre nos soldats de la paix», et a ajouté que « les auteurs doivent être conscients qu’ils seront poursuivis pour ce crime et cette violation flagrante du droit international humanitaire».

À lire aussi:

Darfour, Soudan: sept Casques bleus lors de l’attaque la plus meurtrière en cinq ans>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.