Darfour, Soudan: sept Casques bleus tués lors de l’attaque la plus meurtrière en cinq ans

0
Un Casque bleu au Darfour (Photo: Archives/Ashraf Shazly!AFP)
Un Casque bleu au Darfour (Photo: Archives/Ashraf Shazly!AFP)

Sept Casques bleus ont été tués et dix-sept blessés samedi 13 juillet au Darfour, dans l’ouest de Soudan dans ce qui est l’attaque la plus meutrière qui ait touché la force conjointe de maintien de la paix ONU-Union africaine (Minuad) en cinq ans d’opérations, rapporte l’AFP aujourd’hui.

«Sept Casques bleus ont été tués et 17 blessés», alors qu’une patrouille se «rendait d’un site (de la Minuad) à un autre», a déclaré à l’agence française le porte-parole par intérim de la mission de maintien de la paix, Christopher Cycmanick.

«L’équipe de la Minuad s’est retrouvée sous le feu d’un important groupe non identifié. Après un long échange de tirs, la patrouille a pu être évacuée grâce à des renforts de la Minuad», a expliqué dans un communiqué la mission onusienne.

L’attaque s’est produite près d’une base de la Mission située à Manawashi, au nord de Nyala, principale ville du Darfour, et à 25 km de celle de Khar Abeche.

La Minuad n’a pas donné la nationalité des victimes, mais on sait que ce sont des troupes tanzaniennes sont chargées de ce secteur.

Au début du mois, trois Casques bleus nigérians avaient été blessés et un assaillant avait été dans une embuscade visant le convoi des forces de maintien de la paix à Lavado, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Nyala
La ville de Nyala a aussi été le théâtre de violences la semaine passée, entre le 3 et le 7 juillet, quand des différends entre membres de forces de sécurité ont dégénéré et fait au moins huit morts, dont deux travailleurs humanitaires,

En tout, plus de 40 Casques bleus ont été tués depuis la mise en place la Minuad en 2007.

L’ONU a maintes fois appelé les autorités à engager poursuites judiciaires à l’encontre des responsables des attaques contre les membres des forces de maintien de la paix, mais sans succès.

Réitérant son appel en faveur de la lutte contre l’impunité des auteurs des graves crimes commis au Darfour, la Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bebsouda, avait demandé début juin l’appui du Conseil de Sécurité de l’ONU pour mettre fin à l’impunité dans cette région, théâtre depuis une décennie d’un conflit entre rebelles et armée gouvernementale qui a provoqué une grave crise humanitaire.

Le mois dernier, l’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Soudan, Mashood Adebayo Baderin, avait aussi exprimé son inquiétude.

L’expert des Nations-Unies, avait souligné recrudescence des affrontements au Darfour entre les groupes armés et les forces gouvernementales, qui nourrissent le climat d’insécurité et provoquent des déplacements forcés.

À lire aussi:

Darfour: la procureur de la CPI demande qu’on mette enfin un terme à l’impunité>>

 

Soudan: l’expert de l’ONU n’attend pas son rapport en septembre pour exprimer son inquiétude>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.