Égypte: le nouveau gouvernement de transition prête serment

0
Le nouveau gouvernement égyptien (Photo: egypt gov)
Le nouveau gouvernement égyptien (Photo: egypt gov)

Moins de 24 heures après une nouvelle nuit de violences qui a fait sept morts, le nouveau gouvernement égyptien a prêté serment mardi après-midi.

L’Égypte a donc de nouveau un gouvernement, près de deux semaines après la destitution de l’ancien président Mohamed Morsi par l’armée. Le gouvernement du Premier ministre Hazem Beblawi se compose de personnalités d’horizons divers mais aucune n’est affiliée à un parti islamiste.

Les nouveaux ministres ont prêté serment lors d’une cérémonie retransmise en direct à la télévision publique ce mardi après-midi, et ce, devant le président par intérim Adly Mansour.

Nabil Fahmy, ancien ambassadeur à Washington, aux Affaires étrangères et Ahmad Galal, économiste qui a travaillé pour la Banque mondiale, aux Finances, avaient été annoncés quelques jours plus tôt.

Ayant joué un rôle clé dans la destitution de Mohamed Morsi, le général Abdel Fattah al-Sissi conserve le ministère de la Défense et devient en outre vice-Premier ministre.

Le prix Nobel de la paix, Mohamed ElBaradei, avait déjà prêté serment dimanche comme vice-président responsable des relations internationales.

Le nouveau gouvernement aura pour tâche de faire adopter une nouvelle Constitution, puis de mettre sur pied des élections législatives d’ici début 2014 suivi d’une nouvelle présidentielle.

Mardi, la présidence intérimaire a exhorté toutes les forces politiques à participer à ses «efforts de réconciliation nationale», le Premier ministre Beblawi, n’excluant pas la présence des Frères musulmans, mais ceux-ci ont balayé l’offre, assurant ne pas «pactiser avec des putschistes».

La nuit dernière, sept personnes ont été tuées et plus de 260 autres blessées en marge de nouvelles manifestations de plusieurs dizaines de milliers de partisans de M. Morsi, qui occupent depuis deux semaines les abords de la mosquée Rabaa al-Adawiya.

Les partisans de Mohamed Morsi, dénoncent un «coup d’Etat militaire» contre le premier président démocratiquement élu du pays et affirment qu’ils ne cesseront pas leur mobilisation tant que l’ancien président ne revient pas.

Les nouvelles autorités égyptiennes ont affirmant que l’ex-chef d’État se trouvait «en lieu sûr» et était «traité dignement», mais ne sera pas libéré, dans l’immédiat en tout cas.

Les anti-Morsi, qui reprochent au président déchu d’avoir gouverné au seul profit de sa confrérie et de ne pas avoir fait face à la crise économique, appellent eux aussi à des rassemblements réguliers, même si leur mobilisation semble avoir baissé d’un cran.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.