Kerry à l’ONU appelle encore à une solution politique aux conflits en Syrie et en RDC

0
Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) et le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry (Photo: Mark Garten/ONU)
Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) et le Secrétaire d’État américain, John Kerry (Photo: Mark Garten/ONU)

Alors que la veille le président français déclarait qu’il fallait accentuer la pression militaire pour arriver à une solution piolitique, aujourd’hui à l’ONU, le Secrétaire général Ban Ki-moon et le Secrétaire d’État américain, John Kerry, ont souligné qu’une solution politique était au bout du compte la seule manière de mettre fin au conflit en Syrie, ajoutant qu’ils allaient redoubler d’efforts pour faciliter le dialogue entre les parties.

«Plus de 100 000 personnes ont été tuées, alors que des millions de personnes ont été déplacées ou ont trouvé refuge dans les pays voisins. Nous devons y mettre un terme», a déclaré le Secrétaire général, ajoutant que «Les parties doivent renoncer à toutes les actions militaires» et  qu’il est impératif que la conférence de paix, initiée par M. Kerry et le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, se tienne à Genève dès que possible.

«Il n’y a pas de solution militaire à la Syrie, seulement une solution politique, laquelle requiert un leadership fort pour que les parties retournent à la table des négociations», a déclaré lui aussi le Secrétaire d’État américain, réaffirmant qu’avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, il était résolu à faire de la conférence de Genève une réalité.

La veille, mercredi, recevant mercredi pour la première fois à l’Élysée le nouveau chef de la Coalition nationale syrienne, Ahmad Jarba, le président François Hollande avait quant à lui affirmé qu’il était nécessaire de poursuive la pression militaire pour arriver à une solution politique et, tout en appelant à une solution politique, Washington aussi a commencé à examiner ses options militaires.

Saluant également les efforts de M. Kerry pour relancer le processus de paix dans la région, Ban Ki-moon a aussi exhorté les dirigeants de la Palestine et d’Israël à se « saisir de cette opportunité et à œuvrer avec courage pour que la solution des deux États puisse être réalisée dès que possible».

Avertissement de Kerry aux voisins de la RDC

Par ailleurs, à l’issue d’une réunion spéciale du Conseil de sécurité consacrée au conflit en République démocratique du Congo, le chef de la diplomatie américaien a aussi lancé aujourd’hui un appel pour que cesse tout soutien étranger apporté aux rebelles dans l’est de la République démocratique du Congo.

Sans nommer aucun pays, mais visant implicitement le Rwanda, John Kerry a souligné que les États-Unis étaient très inquiets des informations faisant état d’un renouveau du soutien extérieur apporté aux rebelles du M23 en lutte contre les forces gouvernementales congolaises.

«Je veux le dire avec insistance ici aujourd’hui, toutes les parties doivent cesser de soutenir les groupes rebelles armés, tous les gouvernements doivent faire en sorte que ceux qui violent les droits de l’homme (…) en soient tenus responsables», a déclaré à ce propos le Secrétaire d’État américain.


Le Secrétaire d’État John Kerry a présidé à l’ONU le 25 juillet une réunion sur la région africaine des Grands Lacs (Vidéo: Department of State)

À lire aussi:

Le chef de la Coalition syrienne à Paris pour réclamer du soutien>>

 

Syrie: il faut poursuivre la pression militaire pour arriver à une solution politique, dit Hollande>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.