La branche armée du Hezbollah sur liste noire de l’Union européenne

0
Des combattants du Hezbollah, à Beyrouth, le 11 novembre 2009 (Photo: Archives/Ramzi Haidar/AFP)
Des combattants du Hezbollah, à Beyrouth, le 11 novembre 2009 (Photo: Archives/Ramzi Haidar/AFP)

 

Alors que Hezbollah est de plus en plus impliqué dans le conflit syrien, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé lundi d’inscrire la branche armée du mouvement chiite libanais sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne, sans aller toutefois aussi loin que les États-Unis qui, eux, ont déjà placé le Hezbollah dans son entier sur leur liste des organisation terroristes.

La décision de placer un groupe ou des individus sur cette liste, qui doit être prise à l’unanimité des États membres, permet le gel des avoirs et déclenche aussi une coopération en matière policière et judiciaire pour lutter contre les personnes ou entités visées, notamment l’interdiction de visa d’entrée dans l’Union eurpéenne pour les personnes concernées.

Pareille décision vise aussi la participation aux activités de groupes terroristes, la fourniture d’informations, de ressources matérielles ou financières, en sachant que cela contribuera aux activités criminelles du groupe.

«Il est bon que l’UE ait décidé d’appeler le Hezbollah pour ce qu’il est: une organisation terroriste», a déclaré à ce propos le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans, à l’issue de la réunion avec ses collègues à Bruxelles. «Nous avons franchi une étape importante aujourd’hui en sanctionnant la branche militaire, en gelant ses actifs, en perturbant son financement et, ainsi, en limitant sa capacité à agir».

Israël s’est pour sa part félicité de la décision de l’Union européenne: «Maintenant il est clair pour le monde entier que le Hezbollah est une organisation terroriste», a déclaré sa ministre de la Justice, Tzipi Livni.

Les preuves que la branche armée du Hezbollah est liée à des actes terroristes perpétrés sur le territoire européen sont à l’origine de cette décision.

les actees terroristes dont il est question sont, notamment, l’attentat qui avait fait sept morts – cinq Israéliens, un Bulgare et l’auteur présumé de l’attentat – à l’aéroport de Bourgas (Bulgarie) le 18 juillet 2012 et la planification par un membre du Hezbollah en mars dernier d’une attaque contre des intérêts israéliens sur l’île de Chypre.

Les ministres europ.ens des ASffaires étrangères ont toutefois affirmé que les sanctions contre la branche armée du Hezbollah n’empêcheraient pas l’Union européenne de «poursuivre le dialogue avec tous les partis politiques au Liban«, y compris donc le Hezbollah.

Il restera à voir comment l’Union européenne parviendra à distinguer les membres de la branche militaire des membrers de l’appareil sécuritaire du Hezbollah ou de de son aile «politique».


La branche militaire du Hezbollah, blacklistée par l’UE (Vidéo: Euronews)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.