Le navire de la Garde côtière canadienne NGCC Amundsen en route pour l’Arctique

1
Le navire de la Garde côtière canadienne NGCC Amundsen (Photo: WikiCommons)
Le navire de la Garde côtière canadienne NGCC Amundsen (Photo: Archives/WikiCommons)

Le navire de la Garde côtière canadienne NGCC Amundsen a repris la route de l’Arctique le 26 juillet pour étudier l’impact des changements climatiques et de la modernisation sur l’écosystème marin arctique.

Le NGCC Amundsen est le fleuron de la recherche climatique au Canada.

«Cette année marque le 10e anniversaire du NGCC Amundsen, un brise-glace de recherche multidisciplinaire ultramoderne, a déclaré à cette occasion la ministre responsable de la Garde côtière Gail Shea, ajoutant « En plus d’être le seul brise-glace canadien à avoir navigué en Arctique pendant les mois d’hiver, le NGCC Amundsen s’est illustré par son appui à d’importantes missions scientifiques internationales dans le Grand Nord canadien.»

 

Le NGCC Amundsen en expédition dans l’Arctique (Photo: Archives#ArticNet)

Le NGCC Amundsen, dit le communiqué qui accompagne cette annonce, est l’un des rares brise-glaces canadiens à avoir une double vocation. L’hiver il est assigné au programme de déglaçage de la GCC alors que, chaque été, il est affrété par le consortium scientifique ArcticNet dont la mission est d’étudier les impacts des changements climatiques et de la modernisation dans l’Arctique canadien côtier.

Plus de 145 chercheurs d’ArcticNet, issus de 30 universités canadiennes et 8 ministères fédéraux collaborent avec des équipes de recherche provenant de 12 pays.

Cette année, le NGCC Amundsen naviguera dans les eaux de la mer du Labrador, de la baie de Baffin, du Passage du Nord-Ouest et de la mer de Beaufort.

L’expédition, qui durera 82 jours, a en effet été divisée en trois segments, en fonction des objectifs scientifiques établis :

  • 1er segment- ArcticNet (26 juillet au 5 septembre) Québec / Resolute
  • 2e segment– ArcticNet/BREA (6 septembre au 1 octobre) Resolute / Mer de Beaufort / Kugluktuk
  • 3e segment– ArcticNet (2 au 16 octobre) Kugluktuk / Québec

Le NGCC Amundsen est basé au port de Québec, au Canada. Il s’agit d’un brise-glace moyen de catégorie 1200 dont le système de propulsion électrogène diesel génère 11 155 kW et permet de naviguer à une vitesse de 3 nœuds dans plus d’un mètre d’épaisseur de glace.
Conçu pour une grande autonomie en mer, le navire peut parcourir 15 000 milles nautiques à sa vitesse de croisière.

Le NGCC Amundsen peut être utilisé pour mener des activités de recherche d’envergure internationale dans l’Arctique canadien et peut être aussi appelé à participer en tout temps à des interventions de recherche et sauvetage, de contrôle de la pollution ou d’autres opérations qui appuient la sécurité et l’accessibilité des eaux canadiennes.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire