Les FARC prêtes à libérer un soldat américain capturé le 20 juin

3
Plusieurs processus de paix ont échoué par le passé, celui-ci sera-t-il différent? (Photo: SDP Noticias.com)
Plusieurs processus de paix ont échoué par le passé, celui-ci sera-t-il différent? (Photo: Archives/SDP Noticias.com)

Le Comité international de la Croix-Rouge a rapporté samedi qu’il a établi des contacts à la fois avec les FARC, les Forces armées révolutionnaires de Colombie, et le gouvernement colombien afin de faciliter la libération de Kevin Scott Sutay , un soldat américain détenu par la guérilla depuis le 20 juin dernier.

Un porte-parole du CICR a déclaré à l’Agence France-Presse que «le CICR est prêt à prêter ses bons offices pour faciliter leur libération.»

Vendredi dernier, le groupe rebelle avait annoncé qu’il avaient capturé le soldat américain Kevin Scott Sutay le 20 juin dernier dans le département de Guaviare (sud), et a proposé de le remettre à une mission humanitaire à certaines conditions.

Les FARC ont exigé que la mission humanitaire soit dirigée par la défenseure des droits humains, Piedad Cordoba, ainsi que le CICR.

Sur son site la guérilla a déclaré que, «malgré la loi qui nous autorise à garder le soldat Kevin Scott en tant que prisonnier de guerre, nous avons pris la décision politique de le libérer dans un geste qui s’inscrit dans le cadre des pourparlers en cours à La Havane avec le gouvernement colombien et de la recherche d’ un accord pour mettre fin au conflit social et armé dans notre pays».

Jusqu’à présent, aucune information officielle n’a été émise sur l’affaire par le gouvernement de la Colombie, ni par le gouvernement américain sur l’affaire qui prétend pour sa part que Kevin Scott Sutay n’est pas un soldat mais un touriste, l’ambassadeur des États-Unis à Bogota, Michael McKinley, affirmant que l’otage était un «Marine» à la retraite, qui effectuait un voyage touristique en Colombie.

Quinze militaires colombiens tués dans une embuscade

Par ailleurs, quinze militaires ont été tués dans une embuscade des FARC samedi dans le nord de la Colombie, a annoncé aujourd’hui le président Juan Manuel Santos, qui a promis du même souffle de renforcer l’offensive contre la guérilla marxiste.

«Nos coeurs sont avec les familles des quinze héros de la patrie qui ont sacrifié leur vie pour la tranquillité et la sécurité de leurs compatriotes», a déclaré M. Santos, à l’issue l’issue d’un conseil de sécurité dans le département d’Arauca, où a eu lieu l’embuscade..

Les militaires qui surveillaient à cet endroit un oléoduc dans cette région frontalière avec le Venezuela ont été attaqués par 70 guérilleros des FARC.

Douze guerrilleros ont été capturés, dont cinq ont été blessés, lorsque les militaires colombiens ont riposté à l’attaque.

Le président Santos, qui a entamé l’an dernier à Cuba des négociations de paix avec la guérilla des FARC a déclaré que «Pour parvenir à la paix […]. il faut continuer l’offensive militaire. Nous ne pouvons pas baisser la garde», ajoutant que ces attaques des guerrillleros ne représentaient «pas la bonne voie» et seraient «combattues avec force».

«J’ai donné des instructions à nos forces pour qu’elles ne cessent pas un seul instant de faire feu jusqu’à parvenir à un accord final», a dit le président colombien.

La veille, les autorités colombiennes avaient annoncé que quatre militaires et six guérilleros avaient été tués des combats samedi dans le département du Gaviare (sud), un autre fief des FARC.

Fondées il y a 49 ans à la suite d’une insurrection paysanne, les Farc, plus ancienne rébellion d’Amérique latine, comptent encore selon les autorités colombiennes, quelque 8 000 combattants, repliés essentiellement dans les régions rurales.


Les FARC prêtes à libérer l’otage américain capturé le 20 juin (Vidéo: NoticiasUnoColombia)

À lire aussi:

Début des négociations de paix entre les FARC et le gouvernement colombien>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion3 commentaires

  1. j'aime la colombie. je veux que ce conflit trouve une issue pacifique. l'armée ne viendra jamais au bout de farcs et l'inverse est aussi vrai. bonnes négociations.