Les talibans pakistanais libèrent plus de 200 détenus lors d’une attaque kamikaze

0
Des soldats pakistanais dans une rue de Quetta, le 17 février 2013 (Photo: Archives/Banaras Khan/AFP)
Des soldats pakistanais dans une rue de Quetta, le 17 février 2013 (Photo: Archives/Banaras Khan/AFP)

Lundi soir, près de 150 talibans ont attaqué la prison de Dera Ismaïl Khan, ville de la province du Khyber Pakhtunkhwa, à proximité d’une zone tribale servant de repaire aux insurgés. Au total, ce sont plus de 200 détenus qui ont pu s’évader après cette vaste offensive armée, ayant coûté la vie à au moins 13 personnes.

Engins explosifs, lance-roquette, mortiers. L’arsenal est conséquent, les conséquences importantes. À l’issue de cet assaut des talibans pakistanais, quelque 243 prisonniers se sont évadés de la prison de Dera Ismaïl Khan, «six ayant été repris par la police un peu plus tard», d’après un haut responsable pakistanais, Mushtaq Jadoon.

S’exprimant sur la chaîne de télévision Ary News, il a également précisé que 30 des évadés étaient des insurgés combattants. Au moins 13 personnes ont ainsi perdu la vie dans cette attaque, à savoir six policiers, quatre prisonniers, deux assaillants et un civil travaillant pour une firme de sécurité.

Un officier du renseignement pakistanais a précisé à l’AFP qu’au moins deux commandants du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP, talibans pakistanais), un groupe islamiste armé qui multiplie depuis six ans les attentats, ont pu fuir de la prison.

150 talibans, parmi lesquels 60 kamikazes, attaquent la prison centrale

L’un des porte-paroles de l’organisation rebelle, Shahidullah Shahid, a d’ores et déjà revendiqué cette attaque. «Environ 150 talibans incluant 60 kamikazes ont attaqué la prison centrale et réussi à libérer 300 prisonniers», a-t-il assuré dans un entretien téléphonique à l’AFP.

D’après Mushtaq Jadoon, les insurgés, vêtus d’uniformes de la police, ont piégé la prison avec plusieurs dizaines d’engins explosifs. Si 14 ont été neutralisés, les nombreux autres ont ouvert la voie aux assaillants pour mener à bien cette offensive d’envergure.

«Ils ont d’abord détruit un véhicule blindé de la police stationné devant l’entrée principale», a confié le responsable pakistanais. «L’armée a (ensuite) été appelée en renfort afin de contrer l’attaque», a déclaré à l’AFP Shaukat Yousafzaï, porte-parole du gouvernement local du Khyber Pakhtunkhwa. De sources sécuritaires, la zone entourant la prison, où sont situés des bureaux du renseignement et de la police, est désormais cernée par les forces de sécurité pakistanaises.

Dans cette province, voisine du Waziristan du Sud, zone tribale semi-autonome, située à proximité de l’Afghanistan, et qui sert de base à l’insurrection des talibans et à d’autres groupes liés à Al-Qaeda, la prison de Dera Ismaïl Khan accueille près de 5 000 prisonniers, parmi lesquels 300 insurgés écroués pour avoir attaqué les forces de sécurité ou perpétré des attentats contre la minorité chiite, selon le chef de la police locale.

À lire aussi:

Regain de tension entre Kaboul et Islamabad à propos des talibans >>

Pakistan: un raid de drones américains fait 17 morts dans un fief des talibans >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.