Marche de Nimègue 2013: mission accomplie pour les Sherbrooke Hussars

1
L'équipe sherbrookoise à la marche de Nimègue (Photo: Caporal Anthony Laviolette/DND-MDN)
L’équipe sherbrookoise à la marche de Nimègue (Photo: Caporal Anthony Laviolette/DND-MDN)

De retour au Québec, l’équipe estrienne de la marche de Nimègue a parcouru avec succès les 160 kilomètres, et plus encore. Fort d’émotions et de souvenirs frais en mémoire, le capitaine de l’équipe, le lieutenant Philippe Bélanger, nous raconte le défi incroyable relevé par son contingent.

La première journée fut haute en émotions alors que le contingent canadien se rendait sur la crête de Vimy pour se recueillir et conduire une parade en la mémoire des anciens soldats qui ont péri à cet endroit. C’est avec respect et avec beaucoup d’humilité que j’ai approché ce majestueux monument érigé à la gloire de ceux qui ont fait le sacrifice ultime pour les générations futures. La visite des souterrains et des tranchées nous a donné un bref aperçu des conditions dans lesquelles les soldats devaient combattre. Il s’agit de terrain boueux, de tunnels froids et humides et des tranchées disposées à seulement quelques mètres des lignes ennemies. De quoi mettre au défi les nerfs les plus solides!

 

La première journée de marche commença tôt et du mauvais pied pour l’équipe du Sherbrooke Hussars composée de réservistes du Régiment des Fusiliers de Sherbrooke et de la 52e ambulance de Campagne. Durant la nuit, trois de ses membres ont eu des vomissements. Au matin, un des trois membres, le caporal-chef Coulombe, s’est vu refuser le droit de participer à la première marche en raison de son état de déshydratation. Les deux autres membres ont pu rejoindre la formation et compléter la marche, mais non sans effort et vigilance de la part du personnel soignant. Le deuxième jour de marche fut un peu moins éprouvant et cette fois-ci, l’équipe était complète. Cependant, les trois marcheurs qui avaient éprouvé des difficultés la veille n’avaient pas totalement récupéré.

Le troisième matin, l’équipe était remise sur pied et l’excitation était palpable et ce, même à 2h30 du matin. Pour tous les marcheurs canadiens, cette journée est spéciale puisque nous sommes généralement plus fatigués du aux deux marches précédentes et que malgré tout, nous devions nous rendre au Cimetière de Greosbeck afin de rendre hommage et nous souvenir des 2 338 canadiens dont la majorité sont morts durant la bataille de Rhénanie.

Durant la marche, le brigadier-général Perry Matte, nous a fait l’honneur de sa présence en parcourant avec l’équipe les kilomètres qui nous séparaient du cimetière. L’équipe fut emballée de pouvoir discuter avec le général Matte. La cérémonie fut une des plus émouvantes pour les membres du Sherbrooke Hussars. Lors de son discours, le lieutenant-général Semianiw mentionna la participation des membres du Sherbrooke Fusilier Regiment lors de nombreux conflits dans cette région, sans oublier de mentionner le sacrifice des soldats de la région de l’Estrie qui ont perdu la vie lors des batailles. Le Sherbrooke Hussars est le digne descendant du Sherbrooke Fusillier Regiment. Je suis extrêmement fier de toute mon équipe et c’est un honneur pour moi d’avoir pu contribuer à la perpétuation de l’histoire et des réalisations de nos ancêtres.

Le rythme en général était bon et nous a permis de prendre de bons temps d’arrêts. Tous ont pu en profiter pour se reposer et collationner afin de faire le plein d’énergie. Dès la première journée, on a tous vite compris que notre niveau de préparation, l’assiduité à l’entraînement et les sacrifices de tous ont largement contribué à notre performance.

Le moment le plus fort a été lorsque toute l’équipe a marché à côté de plusieurs malades, probablement d’anciens combattants libérés suite aux exploits des canadiens il y a plus de 60 ans. Les gens longeant la rue considéraient réellement les Canadiens comme des sauveurs, des personnes qui font pratiquement parti de leur histoire. D’une certaine manière, on se sentait comme chez nous.

Nous avons tous terminé ensemble, solidarité inébranlable qui se forme en chacun de nous depuis le début des entraînements au Québec. Cela nous a permis de terminer deuxième sur tout le contingent canadien. Pas besoin de vous dire que nous sommes très fiers de cette performance gravée dans la mémoire de tous.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

DiscussionUn commentaire