La MINUSTAH salue les progrès d’Haïti vers l’adoption d’une loi électorale

1
Des Haïtiens patientent devant le tribunal de la paix dans la ville de Grand Boucan, en mai 2012. (Photo: Archives/Victoria Hazou/ONU)
Des Haïtiens patientent devant le tribunal de la paix dans la ville de Grand Boucan, en mai 2012. (Photo: Archives/Victoria Hazou/ONU)

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a pris acte mercredi dans un communiqué de presse de la transmission par le Collège Transitoire du Conseil Électoral Permanent de l’avant-projet de Loi électorale à l’Éxécutif, rapporte le service d’information de l’ONU.

La MINUSTAH encourage «tous les acteurs concernés à se mobiliser afin que ce texte puisse être adopté dans les plus brefs délais» et les invitent «à doter Haïti d’une loi électorale de consensus, permettant la mise en place d’un système électoral souverain, pérenne et viable.»

La MINUSTAH avait succédé 1er juin 2004 à une force multinationale intérimaire qui avait été autorisée elle aussi par le Conseil de sécurité en février 2004 après le départ en exil du Président Bertrand Aristide au lendemain d’un conflit armé qui s’était étendu à plusieurs villes du pays.

Au lendemain de l’élection présidentielle de 2011, la MINUSTAH s’est employée à continuer à travailler pour «restorer un climat sûr et stable, appuyer le processus politique en cours renforcer les institutions gouvernementales et les structures d’un État de droit et promouvoir et à protéger les droits de l’homme à Haïti.».

Vendredi 21 juin, un peloton composé de 34 militaires du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, de la base de Valcartier, est parti pour s’intégrer aux opérations d’un bataillon brésilien en Haïti.

Il s’agit d’un déploiement unique de six mois, sous le commandement des forces armées brésiliennes, qui prendra fin en décembre 2013.

Cinq officiers d’état-major canadiens sont actuellement déployés en Haïti dans le cadre de l’Opération Hamlet et près de 90 policiers canadiens servent dans le cadre de la mission des Nations Unies en Haïti.

L’un des rôles de la MINUSTAH est, selon les mots de la Mission elle-même, de se tenir «aux côtés du peuple haïtien ainsi que des différentes instances impliquées dans la réalisation des élections pour mener à bien le processus électoral.»

«La tenue d’élections libres, transparentes, crédibles et inclusives», dit le communiqué de la MINUSTAH, «demeure […] un préalable indispensable afin de garantir la continuité et la stabilité institutionnelle, piliers de l’État de droit.

La MINUSTAH se réjouit aussi, dit-elle, de l’engagement public du gouvernement haïtien d’organiser les élections avant la fin de l’année 2013 et le félicite de la mise en place à cette fin d’un groupe de travail électoral.

À lire aussi:

Une trentaine de militaires de Valcartier vont se déployer en Haïti >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. These are actually impressive ideas in approximately blogging. You have touched some pleasant points here. Any way reserve up wrinting.