Opération Husky 2013: la mission de 1943

Le Royal Canadian Regiment en Sicile (Photo: Archives/RCR)
Temps de lecture estimé : 1 minute

Lorsque la Seconde Guerre mondiale fut déclarée à la fin de 1939, la majorité de l’Europe était déjà entre les mains du fascisme. L’Allemagne dominait l’Autriche et avait déjà envahi la Tchécoslovaquie. L’Italie et l’Espagne étaient sous la domination règne de Mussolini et de Franco respectivement.

La France avait misé fortement sur la ligne Maginot pour protéger leur frontière avec l’Allemagne, cependant l’armée d’Hitler n’a jamais attaquée à travers cette frontière, en choisissant plutôt d’attaquer par la Belgique et le Luxembourg, en occupant les deux et les Pays-Bas dans le processus. En juin 1940, l’armée d’Hitler avait le contrôle de Paris, ainsi que du Danemark et de la Norvège. L’Allemagne avait signé des pactes avec l’Italie et l’URSS. Les Soviétiques dominaient le reste de l’Europe de l’Est et avaient repris la Finlande, tandis que l’Italie attaquait la Grèce et prenait de l’expansion dans l’Afrique du Nord.

En avril 1941, la domination fasciste de l’Europe était pratiquement terminée. Les alliés n’avaient pas pied en Europe. Pendant que les alliés combattaient pour arrêter l’avance des puissances de l’Axe en Afrique du Nord, la guerre a pris en grande partie la forme de batailles en mer et dans l’air. Le seul moment où les alliés mirent pied sur le sol européen durant le raid désastreux sur Dieppe, où presque personne ne s’est rendu au-delà de la plage.

Pour la prochaine tentative d’invasion de l’Europe, la cible était la Sicile. L’opération était connue sous le nom code «Husky».

Les forces alliées, y compris plus de 25 000 Canadiens ont débarqué près de Pachino le 10 juillet 1943. Les premières étapes de l’invasion ont été moins difficiles que prévu, en partie grâce à une brillante pièce de tromperie, qui est venue à être connue sous le nom d’Opération «Mincemeat». Toutefois, la 1re Division canadienne a perdu 10 hommes ce jour-là.