Rencontre du Secrétaire d’État adjoint américain Bill Burns avec les nouvelles autorités en Égypte

0
Le secrétaire d’État adjoint américain William Burns, le 11 juillet 2013 (Photo: Brendan Smialowski/AFP)
Le secrétaire d’État adjoint américain William Burns, le 11 juillet 2013 (Photo: Brendan Smialowski/AFP)

Un haut responsable américain s’est entretenu lundi avec les nouvelles autorités au Caire, où les Frères musulmans partisans du président déchu Mohamed Morsi et leurs adversaires prévoyaient de nouvelles démonstration de force dans la soirée.

En quelques heures, le Secrétaire d’État adjoint Bill Burns s’est entretenu avec les principaux responsables intérimaires, selon l’agence officielle Mena: le Premier ministre Hazem Beblawi, le président Adly Mansour et le général Abdel Fattah al-Sissi, le nouvel homme fort, qui devrait rester ministre de la Défense.

Peu de choses ont filtré sur ces entretiens.

Il s’agit de la première visite de la part d’un responsable américain de ce rang depuis le renversement de M. Morsi le 3 juillet par l’armée, après des manifestations monstres réclamant son départ.

 

La visite survient dans un climat délicat entre les deux pays. L’Égypte est depuis des décennies un allié-clé pour les États-Unis, qui apportent à l’armée une aide annuelle de 1,3 milliard de dollars.

Washington s’est jusqu’à présent abstenu de parler de «coup d’État», ce qui entraînerait une suspension automatique de cette aide. Deux influents sénateurs républicains, John McCain et Lindsey Graham, ont toutefois pressé l’administration Obama d’y mettre fin.

Washington a en outre demandé la remise en liberté de M. Morsi, détenu par l’armée, mais cet appel n’a pas trouvé d’écho au Caire, où une grande partie des manifestants et de la presse hostiles aux islamistes accuse les Etats-Unis d’avoir été bienveillants envers M. Morsi quand il était en place.

Le nouveau pouvoir a assuré que l’ex-chef de l’État se trouvait «en lieu sûr» et était «traité dignement», mais sans le laisser apparaître en public depuis son arrestation.

Durant sa visite de deux jours, Bill Burns devait aussi rencontrer des responsables de la société civile et des entreprises. «Dans toutes ces rencontres, il soulignera le soutien des États-Unis aux Égyptiens», a assuré le département d’Etat.

Les partisans de M. Morsi, qui dénoncent un «coup d’État militaire» contre le premier président démocratiquement élu, ont appelé à de nouveaux grands rassemblements lundi, en particulier aux abords de la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le faubourg de Nasr City, où ils campent depuis deux semaines.

Une marche est annoncée vers le siège de la Garde républicaine, devant lequel 53 personnes ont été tuées il y a une semaine lors de tirs pendant une manifestations pro-Morsi.

Les Frères musulmans veulent continuer de manifester «pacifiquement», a assuré un porte-parole, Ahmed Aref. «Nous avons une cause juste pour laquelle nous sommes prêts à nous sacrifier», a-t-il dit à l’AFP.

Les anti-Morsi, qui reprochent au président déchu d’avoir gouverné au seul profit des Frères musulmans et de ne pas avoir fait face à la crise économique, comptaient pour leur part rassembler leurs troupes place Tahrir.

En raison du jeûne du ramadan et des températures écrasantes de l’été, le plus gros des rassemblements était attendu en fin de journée.

La circulation automobile, déjà souvent chaotique dans la capitale égyptienne, devrait connaître de sérieuses perturbations.

Dans le nord du Sinaï, où la situation sécuritaire s’est encore dégradée ces deux dernières semaines, au moins trois personnes ont été tuées et 17 autres blessées en matinée dans l’attaque d’un bus transportant des ouvriers d’une cimenterie.

Sur le terrain judiciaire, le procureur général a ordonné dimanche le gel des avoirs de 14 hauts responsables islamistes, parmi lesquels le Guide suprême Mohamed Badie et huit autres dirigeants des Frères musulmans.

Mohamed Morsi, ainsi que d’autres membres de la confrérie, ont eux été interrogés sur les circonstances de leur évasion de la prison de Wadi Natroun (au nord-ouest du Caire) pendant la révolte de 2011 contre Hosni Moubarak.

Dans ce contexte, M. Beblawi, qui n’a pas exclu d’intégrer des Frères musulmans dans son équipe, poursuit ses tractations pour constituer un gouvernement, dont il avait estimé pouvoir annoncer la composition mardi ou mercredi.

En visite à Paris, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a fait valoir que l’Egypte se trouvait «à un tournant critique».

«Il ne saurait y avoir de place pour la vengeance ou l’exclusion d’un parti ou d’une communauté importante», a-t-il ajouté, se disant «très inquiet» des arrestations.

L’Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR), une ONG locale, s’est pour sa part alarmée d’une recrudescence de violences contre les Coptes (chrétiens d’Egypte), accusés par certains islamistes d’avoir œuvré au renversement de M. Morsi.

Cette minorité chrétienne représente 6 à 10% de la population du pays, estimée à 84 millions.


Le Secrétaire d’État américain adjoint Bill Burns en visite au Caire du 14 au 16 juillet (Vidéo: CBS)

À lire aussi:

Égypte: Morsi interrogé sur les circonstances de son évasion de 2011>>

Les commentaires sont fermés.