Syrie: à Homs, niveau de destruction sans précédent et près de 4 000 civils coincés

0
Image de destruction dans la province de Homs, en Syrie (Photo:BoYaser, WikiCommons)
Image de destruction dans la province de Homs, en Syrie (Photo: Archives/BoYaser, WikiCommons)

Les forces du régime syrien, qui poursuivaient pour la 9e journée consécutive dimanche leurs bombardements violents contre les quartiers de la ville centrale de Homs d’où ils tentent de déloger les rebelles pour s’assurer le contrôle de la totalité de cette ville stratégique, continuent à semer la destruction, alors que de 2 500 à 4 000 civils bloqiés dans la ville sont prisonniers des combats, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Selon l’OSDH, 60 à 70% du quartier de Khaldiyé est détruit, la plupart des maisons sont inhabitables, les quartiers du vieux Homs sont en ruine et la destruction des quartiers assiégés de Homs se fait d’une manière systématique.

De 2 500 à 4 000 civils seraient dans l’incapacité de quitter Homs selon les estimations de l’ONU, alors que l’assaut «final» des forces du régime et de leurs alliées du mouvement chiite libanais Hezbollah pour reprendre le contrôle des quartiers rebelles se poursuit depuis le 30 juin.

«Depuis plus d’un an ils sont bombardés pour pousser les habitants et les révolutionnaires à fuir. […] Partout en Syrie, les maisons, les magasins, les lieux archéologiques sont ravagés par les destructions, mais le niveau de destruction à Homs est le plus élevé», a déclaré à la presse le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Début mars 2012, c’est après plus d’un mois de bombardements intenses que le quartier de Baba Amr à Homs était tombé aux mains des forces du régime.

Aujourd’hui, l’histoire se répète et, sur cette vidéo réalisée par les rebelles qui montrent les bâtiments et des maisons ravagés par les destructions, on peut aussi voir et entendre les bombardements, cette semaine sur les quartiers rebelles.


L’armée syrienne veut en finir avec les rebelles à Homs (Vidéo: IslamTV Channel 1)

Les forces du régime bombardaient encore dimanche les quartiers de Khaldiyé (nord) et de Hamidiyé (centre) aux obus de mortier, aux roquettes et aux canons de char, alors qu’au sol les combats entre rebelles d’un côté et les troupes du régime aidées par «des hommes armés» de l’autre se poursuivaient à la périphérie de Khaldiyé, rapporte encore l’OSDH.

Homs, qui avait été surnommée début 2012 «capitale de la révolution» par les insurgés, relie le nord et le sud du pays, et contrôle ainsi les principales routes d’approvisionnement, d’où son importance stratégique.

Avant le début de la guerre civile, où les conflits confessionnels ont été particulièrement sanglants, Homs comptait 800 000 habitants, dont 25% d’alaouites, un mouvement du chiisme, 65% de sunnites, 8% de chrétiens et 2% de chiites et ismaéliens.

Par ailleurs, à Damas, l’aviation a mené trois raids sur le quartier de Jobar (est), alors que des roquettes ont visé le camp palestinien de Yarmouk, dans la banlieue sud de la capitale.

Samedi, 69 personnes se sont ajoutées au bilan des plus de 100 000 morts qu’a fait ce conflit qui en est à sa troisième année et qui, peut-être, pour paraphraser un extrait du Cid, «ne cessera [que]faute de combattants».

À lire aussi:

Syrie: les forces d’Assad piétinent tandis que les bombardements se poursuivent>>

Syrie: plus de 2 500 civils prisonniers des combats à Homs>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.