Syrie: combats entre rebelles et djihadistes, manifestations à Alep

2
Un rebelle syrien dans la ville d'Alep, le 9 juillet 2013 (Photo: JM Lopez/AFP)
Un rebelle syrien dans la ville d’Alep, le 9 juillet 2013 (Photo: JM Lopez/AFP)

Des combats ont éclaté samedi 13 juillet dans le nord-ouest de la Syrie entre des insurgés de l’Armée syrienne libre (l’ASL) et des djihadistes liés à Al-Qaïda qui tentaient de s’emparer d’armes appartenant à l’ASL, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (l’OSDH).

Toujours selon l’OSDH, les affrontements ont éclaté à l’aube entre les combattants rebelles de l’ASL et les combattants djihadistes de l’État islamique d’Irak et du Levant (EIIL), près de Ras al- Husun​, quand les djihadistes ont tenté de mettre la main sur les armes stockées dans les dépôts de l’ASL.

La tension monte depuis quelques semaines la rébellion dite modérée, représentée sur le terrain par l’Armée syrienne libre, et les deux groupes radicaux affiliés à Al-Qaïda, le Front Al-Nosra et l’État islamique en Irak et au Levant.

Les heurts, parfois meurtriers, se sont multipliés dernièrement entre ces deux camps qui combattent pourtant tous deux le régime de Bachar al-Assad.

Des dizaines de rebelles de l’ASL ont été tués il y a quelques jours dans une bataille contre l’EIIL près de la frontière turque par où ont transité nombre de djihadistes étrangers venus combattre en Syrie et, il ya deux jours, des combattants de l’EIIL ont tué le chef d’un bataillon rebelle de l’Armée syrienne libre (ASL) dans la région de Lattaquié (nord-ouest)en tentant de forcer un barrage.

Au début de l’insurrection, les rebelles avaient accueilli à bras ouverts les djihadistes venus combattre à leurs côtés, mais l’enthousiasme du début a cédé peu à peu la place à l’hostilité et au rejet en raison de l’extrémisme des djihadistes, dont la présence au sein de la rébellion explique aussi la réticence des puissances occidentales à fournir des armes aux insurgés de peur qu’elles ne tombent entre les mains de ces groupes islamistes radicaux.

Par ailleurs, pour la deuxième fois en moins d’une semaine, une manifestation a éclaté au point de passage de Karaj al-Hajz, dans le quartier de Bustan al-Qasr à Alep pour réclamer la levée siège imposé par les combattants rebelles pour empêcher l’acheminement en armes pour l’armée, mais qui cause aussi une grave pénurie alimentaire en ce début du mois de jeûne musulman du Ramadan.

Les manifestants ont exigé que le passage soit ouvert afin de permettre l’approvisionnement en vivres des quartiers assiégés où se sont gravement dégradées les conditions humanitaires.

Les partisans et les opposants au siège en sont venus aux mains et la manifestation s’est terminée par des coups de feu tirés en l’air pour disperser la foule.

Mardi, des militants antirégime avaient déjà manifesté une première fois à Boustan al-Qasr pour réclamer la levée du siège, et un manifestant avait été tué par des tirs.

Les rebelles avaient pris pied à Alep, deuxième ville de Syrie, il y a un an et se partagent depuis la ville avec les forces du régime qui, jusqu’à maintenant, n’ont jamais réussi, malgré leurs tentatives répétées, à reprendre le contrôle des quartiers occupés par les rebelles.


Des manifestants réclament la levée du siège à Boustan al-Qasr (Vidéo: OSDH)

À lire aussi:

Syrie: un chef rebelle tué par des islamistes pro Al-Qaïda>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. JE vous suggère de lire le livre de Massoud l'afghan écrit par Christophe de Ponfilly.
    La situation qu'on y lit dans le livre est une séquence histoire calqué (entre 1988 et 1994) entre rebelles (ou résistant contre la présence des ruse en Afghanistan) et les talibans qui se sont vite retournés contre tout homologues à l'intérieur du pays.

  2. c'est pitoyable de voir des peuples de même nation se faire la guerre pour une question de pouvoir.les occidentaux ne finirons jamais de nous impressionner.si les syriens n'arrivent pas à comprendre la gravité de leurs situations, cette crise durera longtemps et beaucoup de syriens souffrirons.