Syrie: quinze morts dans des bombardements sur des quartiers rebelles à Damas

Scène de dévastation dans le quartier de Qaboun, au nord-est de Damas, l'an dernier (Photo: Archives/AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Scène de dévastation dans le quartier de Qaboun, au nord-est de Damas, l'an dernier (Photo: Archives/AFP)
Scène de dévastation dans le quartier de Qaboun, au nord-est de Damas, l’an dernier (Photo: Archives/AFP)

Quinze personnes ont été tuées en ce troisième jour de la fête du ramadan, aujourd’hui vendredi 12 juillet, par des bombardements à Damas, dont six dans le centre de la ville, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

«Six civils ont été tués et des dizaines ont été blessés par 3 obus de mortier qui ont été tirés dans la zone de Sadat dans la rue Bagdad dans le secteur de Sadat, près de la place Tahrir dans le centre de Damas», dit l’OSDH, qui ajoute que «Les forces du régime continuent de bombarder les quartiers Barzeh et Jobar et les affrontements se poursuivent sur les bords de Barzeh».

Toujours selon l’OSDH, neuf civils, dont un enfant et une femme, ont aussi été tués par le bombardement des forces du régime sur le quartier d’al-Qaboun.

Les forces du régime ont bombardé également une partie du camp de Yarmouk et le quartier Asali.

«Les bombardements et les affrontements n’ont pas cessé depuis vendredi matin à Qaboun», rapporte encore l’OSDH, qui souligne que les bombardements ont également fait un grand nombre de blessés, sans donner de chiffre précis.

Les forces gouvernementales cherchent depuis plusieurs mois à déloger les rebelles des quartiers périphériques de Damas, la capitale et le centre du pouvoir du régime sans toutefois y parvenir.

Les rebelles quant à eux se livrent à des tirs sporadiques d’obus sur la capitale, où les djihadistes ont multiplié les attentats suicide à la voiture piégée.

Pendant ce temps, selon l’OSDH, trois militaires, quatre rebelles et quatre civils ont été tués dans le village alaouite de Qoumairy, dans la province de Homs (centre), lors d’une attaque menée par des rebelles.

Les «témoins de l’Histoire» sous les bombres

Le «Krak (forteresse) des Chevaliers, en Syrie (Photo: WikiCommons)

En même temps que les hommes et les femmes de Syrie, les témoins de l’histoire du pays sont aussi la cible des belligérants.

Dans la province de Homs, l’aviation du régime a bombardé à quatre reprises à al-Husun le Krak des Chevaliers, un château historique qui remonte à l’époque des croisades.

Le Krak des Chevaliers, ou Krak de l’Hospital (le terme « krak » dérive du syriaque karak signifiant « forteresse ») est un château fort datant de l’époque des croisades.

Depuis 2006, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO3.

Les chevaliers de l’Hôpital (ou Hospitaliers) gérèrent le fort de 1142 à 1271, date de sa conquête par le sultan des Mamelouks qui mit fin à 129 ans d’invincibilité du fort.

Le Krak des Chevaliiers est est considéré comme l’un des plus important et des plus beaux châteaux de l’époque médiévale au monde.


Bombardement d’al-Qaboun par les forces du régime (Viéo: Syria News Channel)