231 cyberattaques lancées par Washington en 2011

0
L'heure est aux cyberattaques (Photo: Newzilla)
L’heure est aux cyberattaques (Photo: Newzilla)

Sur la base de documents fournis par l’ancien analyste de la NSA, Edward Snowden, les services de renseignement américains ont lancé 231 cyberattaques en 2011, visant notamment l’Iran, la Russie, la Chine ou la Corée du Nord.

«Ces révélations […] fournissent de nouvelles preuves que les – cyberguerriers – de plus en plus nombreux de l’administration Obama infiltrent des réseaux informatiques à l’étranger et en perturbent le fonctionnement», écrit le Washington Post samedi, se fondant sur le budget secret des services de renseignement américains fournis par Edward Snowden.

En plus de ces cyberattaques, des spécialistes «s’introduisent dans des réseaux étrangers pour les mettre sous un contrôle américain discret», indique également le quotidien américain, qui évoque un projet baptisé GENIE et dont le budget s’élève à 652 millions $. Des logiciels malveillants auraient ainsi été placés «chaque année dans des dizaines de milliers de machines».

En se basant sur les documents dont dispose le Washington Post, les journalistes Barton Gellman et Ellen Nakashima précise que d’ici «la fin de l’année, GENIE devrait contrôler au moins 85.000 logiciels implantés dans des machines choisies stratégiquement tout autour du monde», contre près de 21.000 en 2008.

Le quotidien écrit ainsi qu’avec ce que leur a fourni Edward Snowden, il paraît clair que la «campagne d’intrusion informatique bien plus importante et plus agressive que ce qui avait jusqu’à présent été envisagé».

Si le «budger noir» ne détaille pas vers qui a été dirigé ces cyberattaques, d’anciens responsables ont indiqué que près de 75% d’entre elles «visaient des cibles de la plus haute importance […] comme l’Iran, la Russie, la Chine et la Corée du Nord ou des activités comme la prolifération nucléaire».

Les États-Unis ont plusieurs fois appelé au cours des derniers mois la Chine à cesser ses activités de piratage informatique, mais «les services de renseignement américains utilisent de manière routinière dans le monde entier des logiciels malveillants bâtis par le gouvernement qui diffèrent assez peu dans leur fonctionnement des +menaces perfectionnées persistantes+ que les responsables américains attribuent à la Chine», pointe le Post.

La principale différence, expliquent des responsables, «est que la Chine vole des secrets industriels américains pour un gain financier», poursuit le quotidien américain.

À lire aussi:

Fournis par Snowden, les détails du «budget noir» éclairent la traque de Ben Laden >>

 

À Singapour, le chef de la Défense américaine accuse la Chine de cyberespionnage >>

 

Cyberguerre: quand le virtuel s’attaque au réel >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.