Bradley Manning: ses problèmes psychologiques ignorés par le commandement, dit la défense

0
Le soldat Bradley Manning (Photo: US Army)
Le soldat Bradley Manning (Photo: Archives/ US Army)

Les problèmes psychologiques du jeune soldat ont été ignorés par le commandement a plaidé lundi avant la détermination de la peine l’avocat de Bradley Manning, la taupe» de Wiki Leaks, reconnu coupable le 30 juillet dernier de plusieurs autres chefs d’accusation, dont celui de «violation de la loi sur l’espionnage» et qui est passible de 136 ans ans de prison.

Manning avait été reconnu coupable de six chefs d’accusation d’espionnage et cinq d’accusations de vol (passibles de 10 ans de prison chacune), une d’accusation de fraude informatique et d’autres infractions militaires mais avait été acquitté de l’accuation la plus grave, «collusion avec l’ennemi», qui aurait pu lui valoir la réclusion à perpétuité.

Lors de l’audience sur la détermination de la peine sur la base militaire de Fort Meade près de Washington, son avocat David Coombs a mis en cause, témoins à l’appui, les manquements du commandement qui aurait ignoré les signes de détresse psychologiques du jeune soldats avant qu’il ne remette plus de 700 000 classifiés à Wiki Leaks.

Faiblesse du leadership

Plusieurs officiers, notamment le chef de la brigade de la 10e Division de montagne, le colonel David Miller, ont reconnu que l’armée manquait d’analystes de renseignement, niant toutefois que Manning était inapte au service.

Le colonel dit n’avoir pas été informé d’un incident au cours duquel Manning avait renversé une table et avait dû être entravé au cours d’une séance de thérapie.

Selon son chef de section, le major Cliff Clausen, Manning avait «du mal à s’entendre avec les gens».

Son commandant de compagnie, le capitaine Matthew Freeburg, a pour sa part déclaré dans son témoignage avoir été étonné que des sanctions disciplinaires plus sévères n’aient pas été prises contre Manning avant qu’il ne soit accusé d’avoir agressé un autre soldat.

«J’ai trouvé bizarre que rien de plus n’ait été fait», a dit le capitaine qui a rempli suite à cet incident a rempli les documents afin qu’on lui retire son habilitation secret défense et qu’on le renvoie de l’armée.

Malgré ces signes de problèmes psychologiques, Manning restera est resté en poste et n’a finalemenmt été arrêté qu’après fuite de documents confidentiels à Wiki Leaks, a donc souligné son avocat lors de ses représentations présentencielles. .

La défense a aussi produit lors de l’audience sur la détermination de la peine un rapport d’enquête interne faisant état de la «faiblesse» du leadership des supérieurs de Manning.

Pourtant, Manning restera en poste et ne sera arrêté qu’après avoir réalisé la plus importante fuite de documents confidentiels de l’histoire américaine.

La défense a par ailleurs produit un rapport d’enquête interne concluant à la «faiblesse » des qualités de chefs des officiers de Manning, dont le major Clausen, qui avait été remercié début 2010 pour ne pas transmettre efficacement au commandement les renseignements recueillis par son équipe.

Manning souffrait d’un «déséquilibre mental», selon son chef

La taupe de WikiLeaks Bradley Manning souffrait d’un «déséquilibre mental» lié à son identité sexuelle et provoquant des épisodes colériques, mais jamais son habilitation secret-défense ne lui a été retirée, a affirmé mardi à l’audience son superviseur direct, le sergent première classe Paul Adkins, qui a raconté comment il avait retrouvé un jour en Irak le jeune analyste de renseignement recroquevillé en position foetale sur le sol, un couteau à ses pieds.

Après avoir parlé avec lui, Adkins l’avait renvoyé au travail et, quelques heures plus tard, Manning aurait frappé une collègue militaire.

Le sergent Adkins a expliqué à la juge militaire Denise Lind qu’il n’avait pas rédigé de rapportà sa hiérarchie sur ces incidents pour retirer à Manning ses habilitations parce qu’il avait besoin de son travail pour évaluer les menaces posées par les militants chiites en Irak.

Il n’avait pas non plus informé la chaîne de commandement ou les psychologues d’un courriel que lui avait envoyé Manning évoquant ses questions sur son identité sexuelle, car, en 2010, révéler son homosexualité était encore passible de renvoi de l’armée américaine.

Dans ce courriel le jeune soldat Manning faisait état de son anxiété et avait joint une photo de lui habillé en femme, portant perruque et rouge à lèvres.

«Je ne pensais pas à l’époque qu’avoir une photo d’un de mes soldats habillé en femme en circulation était dans le meilleur intérêt de la mission», a déclaré le sergent Adkins pour expliquer son silence.

Manning proposé pour le Nobel de la Paix

Par ailleurs, plus tôt ce mois-ci, manning a été proposé comme candidat pour le Prix Nobel de la Paix de cette année.

Le co-fondateur de RootsAction, Norman Solomon, a remis une pétition de 5 000 pages contenant plus 100 000 signatures au Comité Nobel de la Paix à Oslo.

Salomon soutient que par ces fuites sur la politique militaire américaine, Manning a contribué à mettre fin à l’engagement américain en Irak.


Manning proposé pour le prix Nobel de la paix (Vidéo: Euronews)

À lire aussi:

Bradley Manning non coupable de «collusion avec l’ennemi»>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.