Côte d’Ivoire: la libération de 14 détenus pro-Gbagbo, une étape majeure vers la réconciliation

0
Comparution de l'ancien Président de la Côte d'Ivoire, Laurent Koudou Gbagbo, devant la Cour pénale internationale, à La Haye. Photo: Archives/Peter Dejong/ ICC-CPI/AP)
Comparution de l’ancien Président de la Côte d’Ivoire, Laurent Koudou Gbagbo, devant la Cour pénale internationale, à La Haye. Photo: Archives/Peter Dejong/ ICC-CPI/AP)

«La mise en liberté provisoire de 14 détenus liés à la crise post-électorale constitue une étape majeure dans le processus de réconciliation nationale», a déclaré cette semaine Doudou Diène, Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, rapporte le service d’information de l’ONU.

Ces détenus ont été libérés cette semaine par la chambre d’accusation du tribunal d’Abidjan, après deux ans de détention.

«Cette décision des autorités est de nature à relancer vigoureusement le dialogue politique », a dit Monsieur Diène. « Il est également une étape cruciale dans le processus de catharsis nationale par lequel le peuple ivoirien doit reconnaitre et assumer les profondes causes morales et politiques de la violence et les violations graves des droits de l’homme, et éradiquer leurs conséquences sociales, culturelles et psychologiques».

Cette mise en liberté provisoire, répond à une recommandation centrale tant de l’Expert Indépendant que de plusieurs rapports d’enquête sur les droits de l’homme en Côte d’Ivoire par les Nations Unies ainsi que par des organisations non gouvernementales nationales, régionales et internationales.

Au cours de la présentation de son rapport au Conseil des droits de l’homme en juin dernier, l’Expert avait appelé les autorités ivoiriennes à procéder au jugement des détenus proches de l’ancien président Laurent Gbagbo ou de les libérer, rapelle service d’information de l’ONU.

«J’espère que la libération provisoire des détenus, qui traduit l’équité de la justice, s’inscrive dans une dynamique irréversible de réconciliation nationale, et aussi s’accompagne de mesures emblématiques pour donner sens et substance à la lutte contre l’impunité », a encore souligné Doudou Diène.

Par ailleurs, l’Expert indépendant invite égalemement les autorités ivoiriennes à trouver une juste adéquation entre la nécessité de respecter les droits des détenus et les droits des victimes. «Ce geste d’ouverture des autorités devra aussi tenir compte des droits de toutes les victimes de la crise post-électorale; notamment par la poursuite équitable des procédures judiciaires en cours et la mise en œuvre d’une politique de réparation indispensable au processus de réconciliation nationale».

À lire aussi:

Côte d’Ivoire: le chef de la jeunesse pro-Gbagbo arrêté>>

 

Affaire Gbagbo: «Qui tente de s’emparer du pouvoir? Les rebelles»>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.