Égypte: le chef d’Al-Qaïda accuse les États-Unis d’avoir organisé la destitution de Morsi

Le chef d'Al-Qaïda avait accusé les États-Unis d'avoir organisé la destitution de Mohamed Morsi (Photo: capture d'écran Archives/As-Sahab)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le chef d'Al-Qaïda accuse les États-Unis d'avoir organisé la destitution de Mohamed Morsi (Photo: capture d'écran Archives/As-Sahab)
Le chef d’Al-Qaïda accuse les États-Unis d’avoir organisé la destitution de Mohamed Morsi (Photo: capture d’écran Archives/As-Sahab)

C’est dans un message audio posté sur plusieurs sites internet djihadistes, que le chef d’Al-Qaïda, a accusé les États-Unis d’avoir comploté avec l’armée égyptienne et les chrétiens coptes pour renverser le président islamiste Mohamed Morsi au début du mois de juillet.

Dans son message audio de 14 minutes qui n’a pas encore pu être authentifié, Ayman al-Zawahiri, un Égyptien qui a succédé à Oussama ben Laden tué en mai 2011 par des soldats américains au Pakistan dit: «Les croisés, les laïcs et l’armée américanisée [égyptienne] se sont entendus […], grâce à l’argent des pays du Golfe et un complot des Américains, pour renverser le gouvernement de Mohamed Morsi».

En évoquant les croisés, le chef d’Al-Qaïda fait référence aux chrétiens de la communauté copte. «Ils ont soutenu la destitution de Morsi pour créer un État copte […] dans le sud de l’Égypte», affirme Zawahiri.

Quelques jours plus tôt, Ayman al-Zawahiri, dénonçait la collusion entre l’Iran et le Hezbollah libanais dans leur implication dans le conflit syrien.

«Le soulèvement djihadiste en Syrie a révélé le vrai visage de l’exécutant du projet iranien en Syrie, Hassan Nasrallah, et fait tomber le masque derrière lequel il s’est longtemps caché», assure t-il dans un message audio. «Nasrallah n’est qu’un exécutant du projet iranien consistant à imposer la Wilayat al-Fakih (la guidance du juriste) à la nation islamique par les massacres, l’oppression, la torture, les violations des droits et le soutien au plus corrompu, au plus oppresseur et au plus criminel des régimes».