La coupe est pleine, MSF se retire de Somalie en raison de très graves problèmes de sécurité

0

L’organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a annoncé son retrait de Somalie, après 22 ans de présence continue dans ce pays en état permanent de guerre civile, invoquant de graves problèmes de sécurité ainsi que l’abus et la manipulation de l’aide humanitaire.

«La tolérance et le soutien des groupes armés et des autorités civiles aux violentes attaques contre Médecins Sans Frontières (MSF) ne garantissent plus aujourd’hui les conditions minimales de sécurité indispensables au maintien des activités médicales de MSF en Somalie», a déclaré l’orgnisation dans un communiqué publié hier.

L’ONG ajoute que «Cette décision intervient à la suite d’agressions extrêmement graves perpétrées contre les équipes dans un contexte où les groupes armés et les autorités civiles tolèrent, voire soutiennent, les assassinats, les enlèvements et les attaques à l’encontre des travailleurs humanitaires».

Montserrat Serra (g), employée espagnole de MSF, retenue 21 mois en Somalie, arrive dans un aéroport militaire espagnol, le 19 juillet 2013, après sa libération(Photo: Archives/AFP)

Avec l’assassinat brutal de deux membres MSF à Mogadiscio en décembre 2011, suivi de la libération anticipée du tueur condamné et l’enlèvement de deux travailleuses humanitaires de MSF dans les camps de réfugiés de Dadaab au Kenya, détenues dans le sud de la Somalie et relâchées il y a un mois seulement après 21 mois de captivité, la coupe était pleine.

«Ces deux incidents», dit MSF dans le communiqué qui explique sa décision, «ne sont que les derniers d’une longue série d’agressions. Depuis 1991, 14 autres travailleurs humanitaires ont été tués et l’organisation a subi des dizaines d’attaques contre son personnel, ses ambulances et ses infrastructures médicales.»

L’orgnaisatiion annonce donc la ferneture de «la totalité de ses programmes médicaux en Somalie à Afgooye, Balwad, Burao, Daynille, Dinsor, Galkayo, Jilib, Jowhar, Kismayo, Marere et Mogadiscio.»

Une des rares ONG internationales encore présente en Somalie, MSF assurait, avec plus de 1 500 employés des soins de santé gratuits, la prise en charge de la malnutrition et de la santé maternelle, ainsi que la chirurgie, la réponse aux épidémies, les campagnes de vaccination et l’approvisionnement en eau et biens de première nécessité.

Le président de MSF-International, Unni Karunakara, a expliqué en conférence de presse à la presse à Nairobi, au Kenya, que MSF quittait la Somalie «en raison du déséquilibre insoutenable entre les risques auxquels nos équipes sont confrontées, les compromis que nous devons faire et notre capacité à fournir une assistance aux victimes somaliennes».

«Le respect des principes humanitaires, toujours fragile dans les zones de conflit, n’existe plus en Somalie aujourd’hui,», a-t-il déclaré, notant que que l’organisation continue d’opérer dans des zones aussi dangereuses que la Syrie et l’Afghanistan, mais que, dans le cas de la Somalie «Nous avons atteint un point où nous ne sommes plus en mesure de délivrer de l’aide humanitaire et des soins médicaux de façon efficace et c’est la raison pour laquelle nous partons».

Le département d’État américain s’est dit pour sa part «découragé par les circonstances qui ont forcé Médecins sans frontières à se retirer de Somalie» et sa porte-parole Jennifer Psaki a montré du doigt le mouvement islamiste Al-Shabaab qui «a continué à montrer son intention de perturber les efforts des travailleurs humanitaires».

La Somalie est en état de guerre civile et sans réelle autorité centrale depuis la chute du président Siad Barre en 1991. L’élection en septembre dernier du président Hassan Cheikh Mohamoud, que l’administrsation américaine avsait reçu à Washington, et les revers militaires des islamistes shebab permettait de croire en la stabilisation du pays.

Le patron de Médecins sans Frontières, le Dr Karunakara, a toutefois indiqué «ne pas partager l’optimisme» général sur la Somalie et, s’il s’est dit prêt à discuter des conditions nécessaires à un retour de l’ONG en Somalie, a déclaré qu’une reprise des activités était exclue à court terme.


MSF contrainte de quitter la Somalie(Vidéo: Médecins Sans Frontières)

À lire aussi:

Les États-Unis reconnaissent pour la première fois en 20 ans le gouvernement somalien>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.