La MINUSS intensifie ses patrouilles dans le comté de Pibor, au Soudan du Sud

0
Des personnes qui fuient la ville Pibor dans l'état du Jonglei au Soudan du Sud (Photo: MINUSS)
Des personnes qui fuient la ville Pibor dans l’état du Jonglei au Soudan du Sud (Photo: Archives/ MINUSS)

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a annoncé mardi l’intensification de ses patrouilles militaires dans le comté de Pibor, et notamment autour des villes de Pibor et Gumuruk, pour renforcer la sécurité et permettre aux civils de retourner en toute sécurité dans ces villes et d’accéder à la distribution alimentaire en cours, rapporte le service d’information de l’ONU.

«Actuellement, les patrouilles sont effectuées quotidiennement, à pied et dans des véhicules, dans un rayon de 18 kms autour des villes de Pibor et Gumuruk », a dit la mission onusienne par voie de communiqué.

Lors des patrouilles, les Casques bleus tentent de localiser les civils vulnérables déplacés par les récents combats, d’interagir avec eux, leur expliquer la situation à Pibor et à Gumuruk et de les inviter à bénéficier de la distribution alimentaire en cours, précise la Mission des Nations-Unies.
La MINUSS bénéficie du soutien du Gouvernement de la République du Soudan du Sud, de l’Armée de libération du peuple du Soudan (SPLA), des autorités locales, ainsi que des groupes armés dans la région concernée.

«Les patrouilles font partie des efforts de la MINUSS pour renforcer la mise en œuvre de son mandat de protection des civils et pour aider à renforcer la sécurité », a aussi indiqué la mission.

Plus vaste État du Soudan du Sud, Jonglei est le théâtre de violences intercommunautaires depuis la sécession de ce pays du Soudan, en juillet 2011.

C’est dans l’État de Jonglei qu’a eu lieu en avril dernier le meurtre de cinq Casques bleus et de sept membres du personnel civil de la MINUSS.

Les douze victimes étaient tombées dans une embuscade tendue par des assaillants non identifiés à proximité du village de Gurumuk. Neuf autres Casques bleus et personnels civils avaient été blessés dans cette attaque.

Le vice-ministre sud-soudanais de la Défense avait exprimé ses doutes doute en juillet sur la capacité de ses troupes et des Casques bleus de l’ONU n’étaient capables de défendre les civils dans l’État de Jonglei, secoué par de nouveaux affrontements entre milices.

À lire aussi:

Soudan du Sud: armée et ONU s’avouent incapables de protéger les civils >>

 

L’ONU condamne le meurtre de cinq Casques bleus et sept civils au Soudan du Sud >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.