L’armée du Myanmar libère 68 autres enfants-soldats

0
Enfants-soldats recrutés par les forces armées (Photo: IRIN)
Enfants-soldats recrutés par les forces armées (Photo: IRIN)

L’UNICEF a annoncé mercredi 7 août, qu’un nouveau groupe de 68 enfants-soldats recrutés dans les forces armées du Myanmar ont été relâchés et ont rejoint leurs familles, rapporte le service d’information de l’ONU.

C’est la plus grande libération d’enfants-soldats par les forces armées du pays, sous les auspices de l’ONU.

Un accord signé en 2012 avec le gouvernement du Myanmar a pour mission d’assurer le retrait de tous les enfants du service actif, dit l’organisation internationale, qui souligne qu’au total 176 enfants soldats ont été libérés des forces armées depuis la conclusion de cet accord.

L’UNICEF, par la voix de sa Représentante adjointe au Myanmar, Shalini Bahuguna, se réjouit donc de cette annonce, tout en exhortant le gouvernement et les forces armées à accélérer le processus de libération et de démobilisation de tous les enfants engagés dans le service militaire actif.

Selon l’agence onusienne, la pauvreté, le manque d’opportunités et la pression des familles sont les principales raisons pour lesquelles les enfants ont été recrutés dans les forces armées.

D’après l’UNICEF, de 2006 jusqu’à juin 2012, plus de 570 enfants ont été démobilisés et près de 350 enfants ont été réintégrés dans leurs communautés.
Outre les forces armées, sept groupes rebelles au Myanmar sont classés par les Nations Unies comme étant engagés activement dans le recrutement d’enfants soldats, en violation de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant.

À lire aussi:

L’ONU appelle l’armée du Myanmar à redoubler d’efforts pour démobiliser les enfants soldats>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.