Les armes saisies dans un cargo nord-coréen violent «sans aucun doute» les sanctions de l’ONU

0
Un soldat se tient devant un conteneur appartenant au navire nord-coréen Chong Chon Gang, le 17 juillet 2013 à Colon au Panama (Photo: Archives / Rodrigo Arangua/AFP)
Un soldat se tient devant un conteneur appartenant au navire nord-coréen Chong Chon Gang, le 17 juillet 2013 à Colon au Panama (Photo: Archives / Rodrigo Arangua/AFP)

Citant un rapport d’experts des Nations unies, le Panama a assuré, mercredi, que le matériel militaire saisi, le 10 juillet dernier, au large des côtes panaméennes, «viole sans aucun doute les sanctions de l’ONU» infligées à la Corée du Nord.

Pour la première fois depuis l’inspection menée par les Nations unies, à la mi-août, le ministère de la Sécurité publique panaméen a révélé les grandes lignes du rapport émis par ces experts onusiens.

Dans un communiqué, les autorités panaméennes ont ainsi annoncé que le chargement saisi «viole sans aucun doute les sanctions de l’ONU, ce qui avalise la position panaméenne».

Ce rapport d’experts devra ensuite être soumis au Comité des sanctions, dépendant du Conseil de sécurité de l’ONU. Celui-ci décidera alors si ces armes constituent une violation du régime de sanctions auquel Pyongyang est soumis.

Le programme nucléaire mené par Pyongyang a, en effet, contraint la communauté internationale à monter au créneau, notamment en février dernier, lors du troisième essai nucléaire nord-coréen.

Le président du Panama, Ricardo Martinelli, avait annoncé, le 15 juillet dernier, que son pays avait arraisonné un navire nord-coréen, le Chong Chong Gang, venant de Cuba et soupçonné de transporter des composants de missiles.

Des armes «défensives et obsolètes» selon Cuba

Arrêtée le 10 juillet, «cette cargaison ne contient rien d’autre que des armes obsolètes qui doivent être renvoyées à Cuba après qu’elles auront été modernisées (en Corée du Nord) conformément à un contrat légal», affirmait alors la diplomatie nord-coréenne, citée par l’agence officielle KCNA.

Son homologue cubaine avait, pour sa part, assuré qu’il s’agissait de «240 tonnes d’armes défensives obsolètes – deux missiles complets sol-air Volga et Pechora, neuf fusées en pièces détachées, deux avions de type Mig-21 et 15 moteurs pour ce type d’appareil -, toutes fabriquées au milieu du siècle passé et qui devaient être réparées» par la Corée du Nord, avant un rapatriement sur l’île cubaine.

Dans trois conteneurs, avait précisé le ministre panaméen de la Sécurité, José Raúl Mulino, en juillet dernier, rapporte le quotidien panaméen La Estrella, les autorités panaméennes ont découvert 29 avions, 21 véhicules moteurs, et… deux missiles. Plus que ce que Cuba avait confirmé après l’arraisonnement du navire.

Les 35 marins nord-coréens qui se trouvaient à bord du bateau ont été incarcérés. Ils ont été inculpés pour menace à la sécurité du Panama et transport illicite d’équipements militaires non déclarés. Ils risquent jusqu’à 12 ans de prison pour trafic d’armes et ont récemment reçu la visite de diplomates envoyés par Pyongyang.


Panama: deux avions de chasse soviétiques trouvés à bord d’un navire nord-coréen – 22 juillet 2013 (Vidéo: Euronews)

À lire aussi:

Des poursuites judiciaires engagées contre les 35 marins nord-coréens détenus au Panama >>

Kaesong – Panama: la Corée du Nord montre les dents pour défendre ses intérêts >>

Un navire nord-coréen avec du matériel militaire intercepté au Panama >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.