Les missiles russes S-300 pour la Syrie fabriqués mais pas livrés

0
Sur une photo fournie par le réseau d'opposition Shaam News Network, des manifestants brandissent le 31 mai 2013 à Kfar Nubul un dessin sur lequel Bachar el-Assad chevauche un missile russe S-300 (Photo: Archives/Shaam News Network/AFP)
Sur une photo fournie par le réseau d’opposition Shaam News Network, des manifestants brandissent le 31 mai 2013 à Kfar Nubul un dessin sur lequel Bachar el-Assad chevauche un missile russe S-300 (Photo: Archives/Shaam News Network/AFP)

La Russie a fabriqué une partie des missiles sol-air S-300 destinés à la Syrie mais la livraison prévue au printemps 2013 a été reportée à 2014 malgré un acompte versé par Damas, rapporte vendredi le quotidien Vedomosti.

Selon le journal qui cite des rapports de sociétés productrices d’armes russes, une partie de la commande syrienne a été fabriquée mais retenue en Russie bien que la Syrie ait versé une avance de plusieurs centaines de millions de dollars.

Le contrat de livraison à la Syrie de quatre complexes S-300 pour un milliard de dollars a été conclu en 2011.

Le 4 juin dernier, le président russe Vladimir Poutine avait affirmé que Moscou n’avait pas «pour l’instant» livré de S-300 à la Syrie pour ne pas «rompre l’équilibre des forces».

Le vice-Premier ministre syrien Qadri Jamil a déclaré fin juillet lors de sa visite en Russie que les accords de livraison de S-300 étaient toujours «en vigueur».

La livraison de ces armes capables d’intercepter en vol avions ou guidés, un équivalent russe des Patriot américains, inquiète en particulier Israël, qui redoute qu’elles puissent tomber entre les mains du mouvement chiite libanais Hezbollah, allié de Damas.

L’installation d’un tel système de défense sol-air compliquerait tout projet des États-Unis ou de leurs alliés de procéder à des frappes aériennes, d’établir une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la ou d’intervenir pour sécuriser ou démanteler des armes chimiques.

Les commentaires sont fermés.