Mali: 25 officiers de dix pays africains terminent leur formation de soutien à la paix

0
Les soldats de la MINUSMA reçoivent leurs bérets bleus de l'ONU (Photo: Blagoje Grujic/MINUSMA)
Les soldats de la MINUSMA reçoivent leurs bérets bleus de l’ONU (Photo: Archives/Blagoje Grujic/MINUSMA)

Vingt-cinq officiers et personnels civils de dix pays africains ont terminé vendredi à Bamako, la capitale malienne, un stage de deux semaines en matière de maintien de la paix.

Le stage deux semaines avait pour but «de donner aux stagiaires la compétence et les outils nécessaires pour planifier, conduire et coordonner des actions ACM (action civilo-militaire) dans un environnement multidimensionnel d’une mission de soutien à la paix», a expliqué le directeur du stage, Oumar Maïga

Les stagiaires provenaient du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, des Comores, de la République du Congo, de la Côte d’Ivoire, de la République de Guinée, de la République démocratique du Congo, de l’Île Maurice et du Mali, a laissé entendre le directeur du stage, tenu du 12 au 23 août.

L’action civilo-militaire à contribuer à reconstruire le pays pour rétablir ou maintenir la paix. L’ACM est partie intégrante du plan d’opération et désigne l’ensemble des actions non strictement militaires réalisées au profit de l’environnement civil.

L’ACM, par laquelle les militaires contribuent à la réalisation d’un plan de paix dans tous les domaines est particulièrement important dans la phase initiale suivant un conflit, quand les acteurs civils ne sont pas encore en mesure d’exercer normalement leurs fonctions.

Les forces armées passent ensuite progressivement le relais aux organismes civils au fur et à mesure du rétablissement de la paix.

Oumar Maïga a déclaré à ce propos: «De nos jours, dans toutes les missions multidimensionnelles de paix des Nations Unies, la coordination civil-militaire (CIMIC) est devenue une fonction essentielle, en ce sens qu’elle représente l’interface entre la composante militaire et les composantes civiles, ainsi que les interfaces prévalant entre toutes les autres parties prenantes évoluant au sein du secteur d’opération de paix».

Le directeur du stage dit aussi avoir la «certitude que les stagiaires sont bien préparés à assumer la fonction d’ACM (action civilo-militaire) dans n’importe laquelle des différentes missions de paix en cours dans notre continent » et  »espère leur rapide déploiement dans une mission de soutien à la paix»..

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA), crée par le Conseil de Sécurité de l’ONU pour aider les autorités maliennes à stabiliser le pays, est officiellement fonctionnelle depuis le 1er juillet dernier et sa branche ACM, action civilo-militaire, a déjà à son actif la réhabilitation du marché de Gao, une des trois régions du nord du pays qui ont été occupées par les groupes islamistes pendant neuf mois l’an dernier.

À lire aussi:

C’est aujourd’hui que la MINUSMA prend la tête des opérations de stabilisation au Mali >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.