Ottawa doit se résoudre à s’adapter aux vétérans plus jeunes, dit la Légion

Le logo de la Légion royale canadienne (Photo: Légion royale canadienne)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le nouveau logo de la Légion royale canadienne (Photo: Légion royale canadienne)
Le nouveau logo de la Légion royale canadienne (Photo: Archives/Légion royale canadienne)

La Légion réagit au récent rapport de l’ombudsman des vétérans qui prévenait qu’avec la diminution des vétérans «qui jouissent des critères d’admissibilité les plus étendus» Ottawa s’attendait maintenant à une diminution des dépenses en soins de longue durée en rappelant que le gouvernement devrait plutôt adapter ses programmes aux vétérans plus jeunes qui auront besoin de soins toute leur vie durant.

Les besoins en soins de longue durée des Vétérans peuvent évoluer, mais le gouvernement a une obligation de voir au bien-être de tous les vétérans, dit la Légion.

«La Légion royale canadienne est pleinement consciente du fait que la population de vétérans recevant de l’aide du Programme de soins de longue durée en est une changeante, et ce, tant en âge qu’en termes de besoins », déclare son président Gordon Moore, qui ajoute que « Cela veut dire que le soutien que le gouvernement apporte doit aussi être en mesure de s’adapter, non seulement à une population vieillissante de vétérans, mais aussi à des vétérans plus jeunes […]».

Les Canadiens et les Canadiennes oublient trop souvent qu’un vétéran n’est pas juste quelqu’un qui a servi durant la Seconde Guerre mondiale ou la guerre de Corée, souligne Gordon Moore « Tout vétéran qui a été blessé alors qu’il était au service du Canada doit avoir l’assurance que des programmes et des services sont disponibles et facilement accessibles.».

Le vétéran plus jeune qui a servi récemment a tout autant besoin de soins que le vétéran vieillissant des conflits du passé, et qui, voilà déjà 40 ou 50 ans, a eu besoin de soins lorsque blessé. Peu importe quand et où le vétéran a servi son pays, le gouvernement a une obligation de voir à son bien-être», déclare aussi le président de la Légion.

Selon l’analyse dont Gordon Moore a fait part à la presse cette semaine, le rapport de l’ombudsman des vétérans révèle, notamment, que le groupe de vétérans de l’ère moderne (quiconque a servi après 1947, à l’exception des vétérans de la guerre de Corée) est celui qui a le moins accès aux avantages pour soins de longue durée.

En outre, le rapport de l’ ombudsman montre aussi que le processus d’admissibilité à des soins de longue durée est difficile, exigeant une consultation complexe des systèmes de soins de santé du palier provincial et fédéral et« les familles des vétérans continuent de subir de très hauts niveaux d’insatisfaction, non seulement eu égard au temps de traitement des demandes, mais aussi en ce qui concerne une évaluation d’invalidité équitable rendue par Anciens Combattants Canada.»

La Légion, demande également que les gouvernements provinciaux s’adaptent eux aussi aux besoins changeants de la population des vétérans, insistant encore pour dire que ceux-ci ne font pas que vieillir, mais qu’on y retrouve aussi de jeunes vétérans qui auront besoin de soins adéquats toute leur vie durant.

À lire aussi:

Les dépenses en soins de longue durée aux vétérans appelées à diminuer, dit un rapport de l’ombudsman>>