Plus de 40 morts et une centaine de blessés en Irak dans une autre série d’attentats

0
Un quartier de Bagdad dévasté le 6 août 2013 après un attentat à la voiture piégée (Photo:  Ali Al-Saadi/AFP)
Un quartier de Bagdad dévasté le 6 août 2013 après un attentat à la voiture piégée (Photo: Ali Al-Saadi/AFP)

Une série d’attentats coordonnés a fait plus de 40 morts et d’une centaine de blessés mardi soir en Irak, notamment à Bagdad, à un moment où l’armée mène des opérations de ratissage anti-Al-Qaïda dans le nord du pays, rapporte l’AFP.

Avec les tensions confessionnelles entre la majorité chiite et la minorité sunnite et la paralysie de l’appareil politique, l’Irak est de plus en plus en proie aux violences interethniques et religieuses.

À Bagdad,rapporte l’agence française, au moins huit voitures piégées et plusieurs autres engins explosifs ont frappé différents quartiers, tant chiites que sunnites, en début de soirée mardi, peu avant la rupture du jeûne du ramadan.

Au nord de Bagdad, une voiture bourrée d’explosifs a ravagé une rue commerçante dans les environs de Baqouba, la capitale de la province de Diyala.

Dans la région de Mouqdadiya, au nord-est de la capitale, au moins six personnes ont été tuées mardi, dont deux extrémistes abattus alors qu’ils transportaient des explosifs à bord de deux camions.

Ces attentats surviennent huit jours après une autre série d’attaques coordonnées à la voiture piégée contre des quartiers à majorité chiite dans la capitale et dans le sud du pays, qui avait fait une soixantaine de morts.

Le bilan mensuel des morts qu’a publié l’ONU pour le mois de juillet, un millier de personnes tuées, est le pire depuis 2008.

Les attentats de fin juillet ont été revendiqués par Al-Qaïda, qui a également affirmé être à l’origine de l’attaque contre deux prisons qui avait permis de libérer plus de 500 prisonniers.

Pendant ce temps, trois divisions de l’armée irakienne, pour un total de plus de 30 000 hommes, poursuivaient mardi des opérations de ratissage en cours depuis plusieurs jours dans le nord du pays, notamment dans les montagnes de Himreen, visant des militants liés à Al-Qaïda.

Selon le général Abdoulamir al-Zaïdi, commandant les forces armées de la région nord, cité par l’agence France-Presse, a déclaré «Il s’agit de la plus grosse opération militaire depuis le départ des troupes américaines».

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour sa part a déclaré par voie de communiqué mardi que ces opérations se poursuivraient «jusqu’à l’élimination du terrorisme». «Nous n’abandonnerons pas nos enfants à ces assassins et à ceux qui les soutiennent, à l’intérieur comme à l’extérieur [de l’irak]»

La minorité sunnite, au pouvoir sous Saddam Hussein, a lancé fin 2012 une campagne contre le gouvernement de Bagdad, à majorité chiite, qu’elle accuse d,accaparer le pouvoir et de procéder à des arrestations arbitraires.

La guerre civile dans la Syrie voisine, qui oppose également sunnites et chiites, exarcerbe aussi les tensions inter-communautaires et confessionnelles en Irak.

*Avec AFP

À lire aussi:

Plus d’un millier de morts en Irak pour le seul mois de juillet>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.