Syrie: le régime interdit aux commerçants l’usage de devises étrangères

0
Actuellement, il faut près de 200 livres syriennes pour avoir un dollar (Photo: Archives/al-jazirahonline)
Actuellement, il faut près de 200 livres syriennes pour avoir un dollar (Photo: Archives/al-jazirahonline)

Même si l’économie du pays est plombée par deux ans de guerre civile et que les transactions se font de plus en plus en dollars, le régime syrien a annoncé dimanche que l’utilisation de devises étrangères par ses commerçants pourraient leur valoir jusqu’à dix ans de prison et de travaux forcés.

Un décret présidentiel émis par Bachar al Assad «interdit l’usage d’autre chose que la livre syrienne comme moyen de paiement pour tout type de transaction commerciale ou de règlement en espèces».

Si des commerçants sont pris en flagrant délit, les contrevenants encourent des peines allant de six mois à trois ans de prison et une amende de deux fois la transaction, ou de trois à dix ans de travaux forcés, si le montant de l’infraction est supérieur à 5 000 $.

Selon des banquiers, la mesure renforce des interdictions déjà existantes sur l’application de prix en dollars, et durcit les peines encourues.

Pour le directeur de la revue économique The Syria Report, la mesure est plutôt «symbolique, car elle intervient dix ans presque jour pour jour après l’annulation par Bachar al-Assad de la loi numéro 24 de 1986 qui interdisait aux Syriens de posséder des dollars».

Dans les faits, le dollar est utilisé dans tous les secteurs: les conducteurs de taxi, les importateurs ou la vente de produits alimentaires.

Certains grands propriétaires ont même vendu leurs terrains en dollars, notamment dans la banlieue chic de Damas. Des importateurs fournissent également aux industriels syriens des matières premières comme le riz ou le sucre en échange de monnaie américaine.

Au tout début du conflit syrien, en mars 2011, il fallait 47 livres syriennes pour avoir un dollar. Actuellement, le conflit a fait chuter le cour de la devise syrienne à 200 livres pour un dollar. Il a même été de 300 livres au début juillet.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.