Un navire de guerre britannique arrive à Gibraltar sur fond de tensions avec l’Espagne

La frégate britannique HMS Westminster, sur les quais de Gibraltar, le 19 août 2013 (Photo: Marcos Moreno/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La frégate britannique HMS Westminster, sur les quais de Gibraltar, le 19 août 2013 (Photo: Marcos Moreno/AFP)
La frégate britannique HMS Westminster, sur les quais de Gibraltar, le 19 août 2013 (Photo: Marcos Moreno/AFP)

La frégate HMS Westminster F237 est arrivé lundi à Gibraltar dans le cadre d’exercices militaires, qui coïncident cependant avec de vives tensions entre Londres et Madrid.

Le HMS Westminster avait quitté la Grande-Bretagne le 13 août  pour participer – avec neuf autres vaisseaux britanniques dont quatre bâtiments de guerre – à des manœuvres militaires en Méditerranée et dans le Golfe baptisées «Cougar 13».

Parmi les curieux venus voir l’accostage du navire, un habitant de Gibraltar s’est réjouit de la présence de la frégate: «C’est une manœuvre de routine mais elle n’aurait pas pu tomber à un meilleur moment».

Même si l’arrivée du navire était prévue depuis bien longtemps, elle survient cependant au moment où les tensions entre la Grande-Bretagne et l’Espagne sont au plus forts. En cause: la décision prise par l’enclave fin juillet de couler 70 blocs de béton pour construire un récif.

Avec la crise économique, les pêcheurs espagnols de la ville de la Linea de la Concepcion, à la frontière avec Gibraltar, et du port d’Algeciras accusent Gibraltar de les priver d’accès à l’un de leurs meilleurs viviers avec ce récif. Selon eux, le récif les empêche de pêcher là où ils ont «toujours pêché».

L’enclave britannique s’en défend, affirmant que les blocs permettront aux bancs de poissons de se régénérer et refuse donc de les retirer. Gibraltar affirmant aussi que la zone «n’était fréquentée que par un bateau» espagnol.

Dimanche, plusieurs dizaines de bateaux de pêcheurs espagnols se sont rassemblés face à Gibraltar pour protester contre le récif.

Près d’une quinzaine de navires de la police de Gibraltar et des autorités britanniques a empêché la flotte d’être trop proche des fameux blocs de bétons. Échanges d’insultes mis à part, la manifestation s’est relativement déroulée sans incident.

Cédé en 1713 à la Grande-Bretagne, Gibraltar, est un territoire de sept kilomètres carrés peuplé de 30.000 habitants situé dans le sud de la péninsule ibérique. Il est au centre de tensions récurrentes entre Londres et Madrid, qui en revendique la souveraineté.

À lire aussi:

Une frégate britannique va faire escale à Gibraltar, sous tension avec l’Espagne >>