Afghanistan: deux Pakistanais tués alors qu’ils attaquaient une mosquée chiite

0
Dans l'ouest de Kaboul, en Afghanistan, deux Pakistanais ont été abattus par les services secrets afghans alors qu'ils attaquaient une mosquée chiite (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Dans l’ouest de Kaboul, en Afghanistan, deux Pakistanais ont été abattus par les services secrets afghans alors qu’ils attaquaient une mosquée chiite (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Dans l’ouest de Kaboul, deux Pakistanais ont été abattus, jeudi matin, par les services secrets afghans alors qu’ils attaquaient une mosquée chiite. Les deux individus portaient des uniformes de la police afghane, comme l’a précisé le service de renseignements afghan (NDS).

Kaboul au cœur des troubles. Une nouvelle fois, la capitale afghane a été secouée, ce jeudi, par une attaque terroriste. En cause, deux Pakistanais s’apprêtaient à attaquer une mosquée chiite, dans l’ouest de la ville. Alors qu’ils portaient des uniformes de la police afghane, ils ont été abattus par les services secrets afghans.

Trois personnes qui se trouvaient dans la mosquée ont néanmoins été blessées par les assaillants, selon un communiqué du service de renseignements afghan (NDS). Ce dernier a précisé que les trois victimes ont été hospitalisées, sans donner plus de précisions sur leur état de santé.

«Deux terroristes pakistanais vêtus d’uniformes de la police afghane et armés (de fusils d’assaut) AK-47 et de pistolets ont tenté de mener une attaque contre les fidèles (d’une mosquée) dans l’ouest de Kaboul», détaille le communiqué.

«Heureusement, les deux terroristes ont été abattus par les services secrets à la suite d’un échange de tirs», ajoute le service de renseignements afghan.

Une région instable, une sécurité précaire

Face à la violente insurrection des talibans, débarqués du pouvoir en 2001, Kaboul accuse régulièrement son voisin pakistanais de soutenir les insurgés afin de reprendre la main sur le pays. Des accusations niées en bloc par les autorités d’Islamabad.

Pour autant, les attaques contre la minorité chiite restent fréquentes au Pakistan. Le pays a notamment vu les talibans s’allier à des groupes anti chiites. Un cas resté en marge chez le voisin afghan.

En revanche, l’Afghanistan reste au cœur d’une région instable, victime de la résurgence des violences confessionnelles entre communautés sunnites et chiites. Le Pakistan d’un côté, l’Irak de l’autre : les autorités afghanes tentent, tant bien que mal, d’asseoir leur autorité mais le résultat peine à se montrer concluant.

D’autant plus que Kaboul a pris la main, depuis plusieurs semaines, sur la force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF) de l’OTAN. Mais les insurgés talibans mettent ainsi à mal la sécurité dans de nombreuses régions du pays.

A tel point que le commandant de l’OTAN en Afghanistan, le général Joseph Dunford, a déclaré au quotidien The Guardian que les forces de sécurité afghanes pourraient encore avoir besoin de cinq autres années du soutien occidental avant d’être capables d’assurer la pleine responsabilité de leurs tâches.

Une force de l’OTAN jusqu’en 2018 ?

Selon le général américain, le taux actuel de décès subi par l’armée et la police afghanes est tout simplement «insupportable». «Je considère que c’est grave, et tous les commandants aussi (…) Je ne considère pas que ces morts soient acceptables», a-t-il ajouté à propos du taux de victimes qui atteint souvent une centaine de morts par semaine.

Selon le général, «le temps nous dira» si l’OTAN a eu raison de transformer en juin son rôle de combattant en une opération «d’entraînement, de conseil et d’assistance». «Je ne pense pas qu’on puisse répondre à cette question aujourd’hui», a-t-il précisé.

Le président américain Barack Obama s’est engagé à remettre aux Afghans l’entière responsabilité de leur sécurité à la fin de 2014, même si quelques unités de l’OTAN resteront dans le pays à des fins d’entraînement.

Le général Dunford a affirmé que certains de ces soldats pourraient rester jusqu’en 2018. Il estime aussi que dans le cadre de son rôle d’«assistance», l’OTAN pourrait avoir à fournir encore un soutien au combat. Preuve que la sécurité est loin d’être assurée dans le pays.

À lire aussi:

Le retrait des troupes canadiennes en Afghanistan commencera en octobre >>

Hausse de la mortalité des policiers et soldats afghans, «insupportable» pour le général américain Dunford >>

Un attentat suicide en Afghanistan fait huit morts, dont un gouverneur >>

Les talibans afghans tuent douze civils, dont des employés d’une ONG internationale >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.