Au moins 18 policiers afghans tués dans une embuscade au nord du pays

0
Des policiers afghans (Archives/ Rahmatullah Alizada/AFP)
Des policiers afghans (Archives/ Rahmatullah Alizada/AFP)

Au moins 18 policiers afghans ont été tués dans une embuscade au retour d’une opération armée contre des insurgés dans la province habituellement paisible du Badakhshan (nord-est), a annoncé vendredi le ministère afghan de l’Intérieur, rapporte l’AFP.

Depuis que la responsabilité de la sécurité a été transférée aux Afghans, ce sont maintenant les 350.000 membres des forces afghanes, policiers comme militaires, qui sont en première ligne face à l’insurrection des talibans et, selon le département américain de la Défense, environ 400 membres des forces de sécurité afghanes sont tués chaque mois à travers le pays.

Les talibans avaient tué en mars dernier 17 soldats afghans qu’ils avaient capturés dans le même district de Warduj du Badakhshan.

Les talibans ont revendiqué la responsabilité de cette dernière embuscade dans cette région éloignée de leur fief du sud du pays où les rebelles habituellement concentrent leurs attaques.

Plus le temps passe, plus les talibans s’enhardissent.

Plus tôt cette semaine, les talibans ont assassiné dans le nord du pays un haut responsable de la commission électorale afghane, Amanullah Aman, faisant craindre une nouvelle vague de violences à l’approche de la présidentielle d’avril.

Cette présidentielle est une étape importante de la transition démocratique en Afghanistan à l’approche du retrait prévu fin 2014 des soldats de l’OTAN et les talibans ont tout intérêt à la faire dérailler.

Le pouvoir à Kaboul tente de convaincre les talibans d’entamer des pourparlers de paix, mais les talibans refusent de discuter directement avec le président Karzaï qu’ils considèrent comme une marionnette des États-Unis.

De toute façon, les talibans semblent tout bonnement attendre le retrait des forces de l’OTAN pour revenir au pouvoir, en faisant tout, d’ici là, pour déstabiliser le régime en place et montrer à la population qu’elle a tout intérêt à se ranger du côté de leur côté.

À lire aussi:

Afghanistan: un responsable de la commission électorale assassiné >>

 

Afghanistan: le consulat américain à Hérat cible d’une attaque des talibans >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.