«Back to the future»: Boeing plaide pour le remplacement des F-18 par…des F-18!

Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.), et un avion ravitailleur de type KC-767 de la force aérienne de la Colombie volent côte à côte. Les CF18 transportent une bombe factice de 500 lb de type Mark 82 sur le pylône central (Photo : Attila Papp/ARC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.), et un avion ravitailleur de type KC-767 de la force aérienne de la Colombie volent côte à côte. Les CF18 transportent une bombe factice de 500 lb de type Mark 82 sur le pylône central (Photo : Attila Papp/ARC)
Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.), et un avion ravitailleur de type KC-767 de la force aérienne de la Colombie volent côte à côte. Les CF18 transportent une bombe factice de 500 lb de type Mark 82 sur le pylône central (Photo : Archives/Attila Papp/ARC)

Le président et chef de la direction de Boeing, James McNerney, dit croire que l’avion de chasse F-18 Super Hornet puisse répondre aux besoins du Canada, alors que le gouvernement fédéral réexamine son acquisition d’appareils furtifs F-35, rapporte la Presse Canadienne.

Le Boeing Super-Hornet n’est pas nouveau dans le ciel de l’Amérique et de ses alliés: il a volé pour la 1re fois le 29 novembre 1995, a commencé à entrer en service dans l’US Navy en 1999, pour remplacer le F-14 Tomcat, et les dernières livraisons de Super Hornet étaient prévus pour l’année fiscale 2014,

De passage à Calgary, vendredi, M. McNerney a toutefois affirmé à des journalistes que le F-18 avait toutefois été modifié afin de présenter des capacités de cinquième génération.

Le président et chef de la direction de Boeing a également souligné que son entreprise avait aussi l’avantage d’avoir un système arrivé à maturité, contrairement à un système encore en voie de développement, alors que plusieurs voix s’élèvent au pays pour dire que le Canada devrait parfois éviter les projets en voie de développement trop coûteux pour lui comme le F-35 de Lockheed, mais aussi l’hélicoptère maritime Cyclone de Sikorsky, dont le choix fait aussi l’objet d’une réexamen.

Après des délais, des dépassements de coûts et un rapport accablant du vérificateur général, le gouvernement canadien a du revoir l’an dernier sa décision d’acheter les avions de chasse de 5e génération F-35 construits par Lockheed-Martin afin d’évaluer les appareils de sociétés rivales. Les résultats de l’évaluation d’autres avions de chasse faite par le Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs (SNAC) devraient être connus au plus tôt cet automne, dans le meilleur des cas.

Boeing a déjà fait affaire avec les Forces canadiennes et a livré (sans problèmes) plus tôt cette année 15 hélicoptères Chinook, un hélicoptère de transport moyen à lourd avancé à missions multiples.

Maintenant, pour Boeing, les difficultés du F-35 sont l’occasion de prolonger le règne des F-18.

Ironie du sort, après l’aventure du F-35, on se retrouverait en terrain connu, les F-18 étant remplacés par…des F-18, et ce, au même moment où, lassé des délais dans la livraison des hélicoptères maritime Cyclone, on songe à revenir aux bons vieux hélicos d’Augusta Wesland qu’on avait annulé il a …20 ans.

Après avoir dit aux Forces armées qu’elles auraient ce qu’il y a de mieux, elles devront peut-être se contenter de faire du neuf avec du vieux!

À lire aussi:

Remplacement des CF-18: cinq constructeurs approchés, à la fin, il n’en restera qu’un >>

 

Les Forces canadiennes recoivent leur premier hélicoptère CH-147F Chinook (PHOTOS/VIDÉO) >>