Égypte: les islamistes sont de nouveau capables de mobiliser

0
Des partisans des Frères musulmans et du président déchu Mohammed Morsi manifestent contre le gouvernement, le 10 septembre 2013 au Caire (Photo: Archives/Mahmoud Khaled/AFP)
Des partisans des Frères musulmans et du président déchu Mohammed Morsi manifestent contre le gouvernement, le 10 septembre 2013 au Caire (Photo: Archives/Mahmoud Khaled/AFP)

Les islamistes sont de nouveau capables de mobiliser et des milliers d’islamistes manifestaient vendredi en Égypte pour réclamer le retour au pouvoir du président Mohamed Morsi destitué par l’armée début juillet, tandis que des heurts ont éclaté dans des villes de province, qu’une personne a été tuée à Alexandrie et que les hélicoptères de l’armée égyptienne bombardaient vendredi des positions d’islamistes présumés dans le Nord-Sinaï.

Au Caire, un mois jour pour jour après la dispersion sanglante de rassemblements des manifestants pro-Morsi par l’armée et la police au Caire le 14 août, plusieurs milliers de manifestants ont encore défilé en direction de la place Rabaa al-Adawiya, dont les accès étaient toutefois bloqués par des soldats casqués et armés.

La place Rabaa al-Adawiya avait été, avec la place Nahda devant l’Université du Caire, le théâtre il y a un mois des affrontements entre les forces de sécurité égyptiennes et les manifestants islamistes alors que la destruction des campements pro-Morsi avait fait des centaines de morts, surtout parmi les manifestants.

Le slogan des manifestations d’aujourd’hui est d’ailleurs «Loyauté au sang des martyrs», alors que plusieurs manifestants brandissent des photographies des pro-Morsi tués en scandant «Nous obtiendrons leurs droits ou nous mourrons comme eux».

Les manifestants scandent également «À bas le pouvoir militaire», et défilent aux cris d’«Abdel Fattah est un boucher», qui s’adressent au général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l’armée égyptienne qui a destitué et arrêté M. Morsi le 3 juillet dernier après que des millions de manifestants, anti-morsi ceux-là, eurent réclamé son départ fin juin.

À Alexandrie, la grande ville côtière du Nord, pendant de temps des heurts sporadiques ont opposé pro et anti-Morsi, faisant un mort et cinq blessés, selon Mena, tandis que trois personnes ont été blessées dans la province de Beheira (nord), de même source.

La police a aussi tiré du gaz lacrymogène pour disperser des affrontements à Mahalla et Tanta, dans le Delta du Nil.

Les Frères musulmans semblent donc de nouveau parvenir à mobiliser. Malgré la vague de répression et d’arrestations dont ils sont l’objet depuis un mois, et malgré que plus de 2.000 des leurs soient emprisonnés et la quasi-totalité des dirigeants du mouvement sous le coup de procès pour meurtre ou incitation au meurtre, ils ne désarment pas et appellent maintenant à de nouvelles manifestations samedi.

Pendant ce temps dans le Sinaï

Par ailleurs, les hélicoptères de l’armée égyptienne bombardaient vendredi des positions d’islamistes présumés dans le Nord-Sinaï, deux jours après des attentats meurtriers contre des soldats dans cette région frontalière d’Israël et de la bande de Gaza qui est devenue la base-arrière de groupes radicaux et où se sont multipliés les attaques contre les forces de sécurité égyptienne depuis la destitution et l’arrestation du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée.

Des hélicoptères Apache ont mené plusieurs raids depuis le matin au sud de Cheikh Zoueid, détruisant des positions et des véhicules utilisés par ces groupes armés et l’opération se poursuivait à la mi-journée, rapportait de son côté l’AFP.

Les dernières attaques des groupes armés islamistes dans la péninsule du Sinaï, mercredi, ont tué six soldats et le groupe djihadiste, Jound al-Islam [«les soldats de l’islam»], a revendiqué le double attentat à la voiture piégée dans une zone proche de la ville de Rafah.

À lire aussi:

L’état d’urgence prolongé de deux mois en Égypte >>

 

Égypte: l’armée dit poursuivre sa plus vaste opération militaire au Sinaï >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.