Irak: après les funérailles chiites, au tour des funérailles sunnites d’être la cible d’attentats

0
Le 22 septembre 2013, des Irakiens portent le cercueil d'une victime d'un attentat commis la veille lors de funérailles à Bagdad (Ali Al-Saadi/AFP)
Le 22 septembre 2013, des Irakiens portent le cercueil d’une victime d’un attentat commis la veille lors de funérailles à Bagdad (Ali Al-Saadi/AFP)

Il est devenu impossible de mourir en paix en Irak: au moins 12 personnes ont été tuées et une trentaine blessées dimanche dans un attentat suicide contre des funérailles sunnites à Bagdad, dans le quartier de Dora, après une attaque semblable, la veille, contre des funérailles chiites.

Un attentat visant les participants à des funérailles avait fait la veille 73 morts et plus de 200 blessées dans le quartier chiite de Sadr City.
Près de 500 attentats à la voiture piégée ont eu lieu en Irak, dont la moitié à Bagdad, depuis le début de l’année, ce à quoi il faut rajouter une centaine de kamikazes qui se sont fait exploser au volant de voitures piégées, et environ 70 kamikazes à pied.

Depuis plusieurs mois, des groupes liés aux extrémistes sunnites d’Al-Qaïda s’attaquent à des mosquées, des marchés, et même des terrains de football fréquentés par la communauté chiite.

Des attentats visant les sunnites alliés au pouvoir chiite irakien commencent également à se multiplier, mais il est rare de voir des attentats suicide perpétrés par des membres de la communauté chiite qui domine le gouvernement du pays et est accusée par ses adversaires d’accaparer le pouvoir.

Les autorités affirment que les opérations menées contre les insurgés donnent des résultats, et ont annoncé l’arrestation de centaines de combattants et la mort de dizaines d’autres.

Toutefois, les critiques se poursuivent à l’égard du gouvernement, accusé de recourir à la manière forte en procédant à des arrestations massives et arbitraires parmi la population sunnite et de maltraiter les prisonniers.

La mission de l’ONU en Irak a justement lancé dimanche une mise en garde contre une spirale «infernale» de représailles entre sunnites et chiites, alors que la multiplication des violences interconfessionnelles ces derniers mois qui font craindre une reprise de la guerre qui avait ensanglanté le pays, notamment en 2006-2007.

«Les représailles ne peuvent qu’entraîner de nouvelles violences, et il est de la responsabilité des dirigeants de prendre des mesures fermes pour éviter que la violence empire», a déclaré par voie de communiqué le représentant adjoint de l’ONU en Irak, Gyorgy Busztin.

Et, de fait, la colère ne cesse de monter dans la pire flambée de violences en Irak depuis 2008 et près de 600 personnes ont été tuées dans des attentats depuis le début du mois, et plus de 4.400 depuis le début de l’année, selon les dernières estimations.

À lire aussi:

Au moins 57 participants à des funérailles meurent dans des explosions à Bagdad >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.