Israël lèvera d’importantes restrictions sur les Territoires palestiniens

0
Le ministre palestinien des Finances Shukri Bishara, à gauche, et le ministre israélien des Affaires stratégiques Yuval Steinitz, le 25 septembre 2013 à New York (Emmanuel Dunand/AFP)
Le ministre palestinien des Finances Shukri Bishara, à gauche, et le ministre israélien des Affaires stratégiques Yuval Steinitz, le 25 septembre 2013 à New York (Emmanuel Dunand/AFP)

Le ministre des Affaires stratégiques Yuval Steinitz a annoncé en marge de l’Assemblée générale de l’ONU qu’Israël délivrera 5.000 nouveaux permis de travail pour les Palestiniens et augmentera la quantité de marchandises entrant dans la bande de Gaza et et autorisera l’importation de matériaux de construction.

Il a également annoncé qu’Israël comptait prolonger les horaires d’ouverture du pont Allenby, point de passage frontalier entre la Cisjordanie et la Jordanie.

«Nous avons intérêt à forte économie palestinienne viable, prospère», a déclaré Steinitz

«Et une économie palestinienne forte est bonne pour Israël, bonne pour notre économie, bonne pour le climat général», a assuré le ministre israélien après une réunion à l’ONU d’un comité de suivi sur l’économie des Territoires palestiniens.

De son côté, le Quartette pour le Proche-Orient (États-Unis, Russie, Union européenne, ONU) a publié son «plan pour l’économie palestinienne».

Le document, élaboré sous la direction de l’ancien premier ministre britannique Tony Blair, énumère huit secteurs d’activité prioritaires (l’agriculture, le bâtiment, le tourisme, les technologies de l’information et de la communication, l’industrie légère, les matériaux de construction, l’énergie et l’eau) et propose une série de projets d’infrastructures en Cisjordanie et dans la bande de Gaza et Jérusalem.

Il propose, notamment, le développent des champs gaziers au large de la bande de Gaza et leur liaison avec le continent, la construction de centrales électriques utilisant ce gaz, le recours massif à des panneaux solaires sur les maisons, la construction de petites unités de dessalement de l’eau de mer et d’usines de traitement des eaux, la construction de retenues pour stocker l’eau de pluie.

Rohani appelle Israël à signer le Traité de non-prolifération

Pendant ce temps, le président iranien Hassan Rohani a appelé jeudi à l’ONU Israël à signer le traité de non-prolifération nucléaire.

«Israël, seul dans la région qui ne soit pas partie du Traité de non-prolifération nucléaire, devrait le faire sans délai supplémentaire», a-t-il déclaré, estimant qu’il est indispensable que «toutes les activités nucléaires de la région »» soient soumises aux contrôles de Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Le président iranien a fait cette déclaration à quelques heures d’une réunion de haut niveau sans précédent sur le dossier nucléaire iranien où le secrétaire d’État américain John Kerry doit s’entretenir, pour la première fois, en présence des ministres des autres membres permanents du Conseil de sécurité et de l’Allemagne, avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

La réunion avec M. Kerry sur le programme nucléaire controversé de Téhéran suscite de grands espoirs en raison du ton conciliant adopté ces derniers jours Hassan Rohani et Israël, en première ligne contre le programme nucléaire de Téhéran, risque de se retrouver isolé dans une communauté internationale qui réagit plutôt favorablement à l’offensive de charme du nouveau président iranien Hassan Rohani.

À lire aussi:

Israël menacé d’isolement face à l’offensive diplomatique iranienne >>

 

Nucléaire iranien: rencontre ministérielle sans précédent à New York >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.