La «Concentration internationale des tireurs d’élite» s’est terminé à Gagetown le 26 septembre

1
Un tireur d’élite de l’armée néerlandaise tire à l’aide du fusil de tireur d’élite semi-automatique Barrett de calibre .50 pendant la Concentration internationale des tireurs d'élite du Canada à Gagetown (Archives/Brandon O'Connell/Combat Cam)
Un tireur d’élite de l’armée néerlandaise tire à l’aide du fusil de tireur d’élite semi-automatique Barrett de calibre .50 pendant la Concentration internationale des tireurs d’élite du Canada à Gagetown (Archives/Brandon O’Connell/Combat Cam)

Des tireurs d’élite militaires et policiers du Canada et de diverses régions du monde ont pris part à la 17e «Concentration internationale annuelle des tireurs d’élite du Canada» à la Base de soutien Gagetown de la 5e Division du Canada, au Nouveau-Brunswick, qui a débuté le 19 septembre et qui a pris fin aujourd’hui.

«Nous tenons à souhaiter la bienvenue aux participants de nos pays partenaires», a déclaré à cette occasion le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, ajoutant « Cette activité a représenté pour l’Armée canadienne ainsi que pour les armées alliées et les forces policières une excellente occasion de perfectionner leurs capacités opérationnelles.»

À la Concentration des tireurs cette année, l’école d’infanterie du Centre d’instruction au combat a accueilli des tireurs d’élite militaires ainsi que des tireurs d’élite d’organismes civils d’application de la loi du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la France, des Pays-Bas, de la Suisse, de l’Irlande et du Royaume-Uni.

Les policiers canadiens participants provenaient notamment du Royal Canadian Regiment, de la Gendarmerie royale du Canada, du Service de police de la ville de Québec et du Service de police de la ville de Calgary.

Les équipes de tireurs d’élite ont subi diverses épreuves réalistes, notamment le tir en campagne, le tir avancé, la communication, l’observation, la dissimulation et la navigation. L’équipe devait analyser chaque situation et choisir le plan d’action le plus approprié.

Après les épreuves, les participants ont eu l’occasion de discuter entre eux des méthodes optimales utilisées pour réussir les scénarios proposés.

«Cette concentration des tireurs d’élite a permis d’accroître les aptitudes spécialisées de nos soldats, des aptitudes dont ils ont besoin pour maintenir l’état de disponibilité opérationnelle élevée attendu par l’Armée canadienne », a déclaré le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne.

Plus tôt, ce mois-ci, s’était aussi déroulé à Ottawa la Compétition de tir aux armes légères des Forces armées canadiennes qui, elle, comprenaient des équipes de tir aux armes légères de la Force régulière, de la Première réserve, des groupes de patrouilles des Rangers, de la Gendarmerie royale du Canada ainsi que des États-Unis, des Pays-Bas et du Royaume-Uni.

À lire aussi:

La Compétition de tir aux armes légères des FAC s’est terminée le 21 septembre (PHOTOS) >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire