Les affrontements aux Phlippines dégénèrent en crise humanitaire, prévient l’ONU

0
Un militaire philippin (Archives/IRIN)
Un militaire philippin (Archives/IRIN)

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a prévenu mercredi que la situation dans la ville philippine de Zamboanga est devenue une crise humanitaire, avec des dizaines de milliers de personnes déplacées par la force, rapporte le service d’Information de l’ONU.

«Nous sommes de plus en plus inquiets devant la dégradation de la situation et les besoins croissants des personnes victimes des violences », a déclaré le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies aux Philippines, Luiza Carvalho. « Nous sommes particulièrement inquiets pour les personnes les plus vulnérables, au premier chef les femmes et les enfants».

Plus tôt ce mois-ci, des affrontements armés ont éclaté dans la ville portuaire entre les forces gouvernementales et des groupes armés du Front Moro de libération nationale (MNLF).

Le MNLF s’oppose aux pourparlers en cours entre Manille et un autre groupe indépendantiste, le MILF, en vue de la création d’une région autonome dans le sud des Philippines parce qu’il s’estime marginalisé par les négociations, qui sont sur le point d’aboutir et dont le président du pays, Begnino Aquino, a fait l’un des principaux objectifs de son mandat.

Depuis le 9 septembre, des centaines de soldats et de policiers sont engagés dans des combats contre plus de 300 insurgés musulmans qui sont entrés à Zamboanga.

Même si 218 rebelles ont été capturés ou se sont rendus, nombre d’entre eux sont encore en liberté et retiennent en otages des civils dont ils se servent comme de boucliers humains.

Près de 132 personnes sont mortes et, selon les estimations de l’OCHA, environ 158.000 autres ont été touchées par les violences et plus de 10.000 maisons ont été détruites.

Plus de 109.000 personnes ont été en outre déplacées dans la ville de Zamboanga, près de 19.000 rien que dans la province de Basilan.

Près de 70.000 personnes sont actuellement hébergées dans le stade municipal de Zamboanga dans des conditions de promiscuité préoccupante, rapoporte encore l’ONU.

L’OCHA a prévenu des risques considérables d’épidémie et des besoins alimentaires considérables, alors que l’eau potable, les services de santé, les abris et les articles de première nécessité font cruellement défaut.

«Nous accordons une attention particulière à une distribution impartiale de l’aide, afin de répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables, y compris en dehors des centres d’évacuation», a précisé Mme Carvalho.

À lire aussi:

Philippines: l’armée somme les rebelles musulmans de se rendre >>

 

L’ONU demande l’ouverture d’un corridor humanitaire aux Philippines >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.