L’OSDH appelle l’Égypte à libérer des Syriens qui tentaient de gagner l’Europe par la mer

0
L'OSDH appelle les autorités égyptiennes à libérer des civils syriens et palestiniens qu'elles ont arrêtés dans les eaux égyptiennes alors qu'ils tentaient de se rendre en Europe par la mer (OSDH)
L’OSDH appelle les autorités égyptiennes à libérer des civils syriens et palestiniens qu’elles ont arrêtés dans les eaux égyptiennes alors qu’ils tentaient de se rendre en Europe par la mer (OSDH)

L’Observatoire syrien pour les droits de l’homme (OSDH) a appelé les autorités égyptiennes à libérer les 200 civils syriens et palestiniens qu’elles ont arrêtés récemment dans les eaux égyptiennes alors qu’ils tentaient de se rendre en Europe par la mer.

Selon l’OSDH, un organisme indépendant basé en Grande-Bretagne , mais qui s’appuie sur un réseau de militants, de médecins et de travailleurs humanitaires sur le terrain, en Syrie, les autorités égyptiennes détiennent environ 70 personnes dans le département de Kafr al-Cheikh et 125 (25 enfants, 24 femmes et 76 hommes) dans la prison Kozmo d’Alexandrie.

L’OSDH, dont la mission est avant tout d’informer, dénonce toutefois de plus en plus souvent les situations que l’organisme juge inacceptables, qu’elles soient le fait du régime ou des insurgées.

Par exemple, le 7 septembre dernier, suite à l’augmentation des violations des droits humains qui ont été commises par l’Émirat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ces derniers temps, l’OSDH a annoncé qu’elle refusait de cacher ces crimes et qu’elle ferait connaître les plus graves violations des droits commises par ce groupe armé islamiste depuis avril 2013.

C’est ainsi que l’OSDH appelle aujourd’hui les autorités égyptiennes à libérer immédiatement tous les détenus syriens qui ont fui les violences , la mort et l’oppression qui sévissent dans leur pays depuis environ 30 mois.

L’organisme indépendant exige également, craignant qu’ils soient renvoyés en Syrie par les autorités égyptiennes, que le Haut Commissariat aux réfugiés fasse immédiatement tous les efforts pour assurer un refuge sûr pour les détenus syriens et intervienne d’urgence pour leur libération.

La tension en Égypte entre les islamistes et le nouveau gouvernement mis en place par l’armée après la destitution du président Mohamed Morsi rend la situation des réfugiés syriens en Égypte plus difficile, de nombreux Égyptiens les accusant, à tort ou à raison, de s’être immiscés dans les affaires égyptiennes et de s’être rangés du côtés des islamistes.

À lire aussi:

Les réfugiés syriens, dont de nombreux Damascènes, se dirigent vers l’Europe >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.