Mali: quatre morts dans une attaque suicide d’un camp de l’armée à Tombouctou

Au lendemain de la prise de Tombouctou, les armées française, malienne et africaine stabilisent la zone (Photo: EMA/ECPAD)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La force Serval s’est emparée simultanément de l’aéroport de Tombouctou avec le GTIA 21e RIMa et des abords nord de la ville par le largage des parachutistes du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP) (Photo: EMA)
Fin janvier, les forces françaises et maliennes avaient chassé les islamistes de Tombouctou (2e REP) (Photo: Archives/EMA)

Deux civils et deux kamikazes sont morts samedi dans un attentat suicide à la voiture piégée contre un camp de l’armée malienne à Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, rapporte l’AFP.

La veille, à la tribune de la 68e Assemblée générale de l’ONU, le nouveau président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, affirmait qu’après neuf mois de pillages et de graves violations des droits humains, son pays s’engageait dans la voie de la réconciliation et qu’il était sur le point de retrouver sa place dans le concert des nations.

Pourtant, l’attaque suicide, au cours de laquelle les deux kamikazes sont morts, est la troisième de l’histoire de cette ville mythique du Nord malien.

L’attaque a ciblé le camp des militaires maliens situé dans le centre-ville: «Deux kamikazes à bord d’une voiture [se sont fait] exploser devant notre camp militaire, ils sont tous morts», a dit un militaire malien joint à l’intérieur du camp dont l’Agence France-Presse rapportait les paroles ce matin.

Toujours selon cette source, deux civils qui étaient à proximité du camp, sur une charrette, ont été blessés dans l’explosion et sont décédés.

L’attaque a par ailleurs été confirmée par une source militaire africaine au sein de la mission de l’ONU, la Minusma, dont des soldats sont déployés à l’aéroport de Tombouctou.

«Les kamikazes se sont infiltrés dans Tombouctou. Ils sont venus devant le camp pour (faire) exploser leur véhicule. Ils sont morts, ils sont au nombre de deux et il y a au moins deux blessés civils», a dit cette deuxième source.

Tout en parlant de réconciliation, Ibrahim Boubacar Keïta avait tout de même déclaré la semaine dernière que le Mali consentira des sacrifices pour que son armée, sous-équipée et mise à rude épreuve en 2012 par des groupes islamistes dans le Nord, puisse assurer ses missions.

À lire aussi:

Le nouveau président malien s’engage dans le processus de réconciliation avec le Nord >>

 

Mali: rien ne sera de trop pour permettre à l’armée d’assurer ses missions >>

 

Le Mali n’est pas encore complètement stabilisé dit l’ex commandant de Serval >>